Greenpeace se réjouit des 50,3% de « oui » en faveur de la mobilité douce et regrette le résultat de 56,6% en faveur du déclassement des terres alluviales des Cherpines. Les communes les plus concernées – Plan-les-Ouates et Confignon – ont bien sûr refusé de bétonner une zone fertile, mais cela n’a pas suffi à sauver la plaine alluviale de l’Aire.Les citoyens genevois ont ainsi montré leur intérêt pour la protection de l’environnement et le maintien de la qualité de vie. Avec 44% en faveur de l’agriculture de proximité, c’est désormais une autre vision qui s’impose. Il s’agira maintenant de veiller à la mise en œuvre du projet de construction de logements dans le respect d’une économie sociale et solidaire. Désormais, Genève ne pourra plus bétonner une zone agricole à la « légère » comme l’indique le communiqué de l’Association de l’Aire.

Greenpeace se réjouit des 50,3% de « oui » en faveur de la mobilité douce et regrette le résultat de 56,6% en faveur du déclassement des terres alluviales des Cherpines. Les communes les plus concernées – Plan-les-Ouates et Confignon – ont bien sûr refusé de bétonner une zone fertile, mais cela n’a pas suffi à sauver la plaine alluviale de l’Aire.

Les citoyens genevois ont ainsi montré leur intérêt pour la protection de l’environnement et le maintien de la qualité de vie. Avec 44% en faveur de l’agriculture de proximité, c’est désormais une autre vision qui s’impose. Il s’agira maintenant de veiller à la mise en œuvre du projet de construction de logements dans le respect d’une économie sociale et solidaire. Désormais, Genève ne pourra plus bétonner une zone agricole à la « légère » comme l’indique le communiqué de l’Association de l’Aire.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp