Dans un communiqué de presse émis samedi 12 novembre, Axpo annonçait vouloir se passer de l’uranium en provenance du site de retraitement de l’uranium Mayak, tristement célèbre pour la pollution radioactive qu’elle émet.

Dans un communiqué de presse émis samedi 12 novembre, Axpo annonçait vouloir se passer de l’uranium en provenance du site de retraitement de l’uranium Mayak, tristement célèbre pour la pollution radioactive qu’elle émet.

L’entreprise d’électricité suisse justifie cette décision à cause du manque de transparence concernant les conditions de productions en cours dans l’usine russe. Parallèlement elle annonce vouloir continuer de s’approvisionner auprès du site de Seversk. Pourtant, comme l’a montré l’émission Rudschau de la télévision alémanique SF1, cette usine pose des problèmes environnementaux tout aussi graves que ceux observé sur le site de Mayak

Ces derniers mois, Greenpeace a rendu publics les rapports et les incohérences démontrant le caractère dangereux de l’activité des sites de Mayak et de Seversk. Ce n’est pourtant que lundi 14 novembre dernier qu’Axpo présentait à une délégation de Greenpeace le résultat de leurs recherches sur ces usines, rassemblées dans un document de 12 pages.

Après avoir mené ses propres recherches dans les mois précédent, Greenpeace avait confronté les dirigeants d’Axpo aux résultats obtenus en réclamant des explications. Au total, ce sont 35 questions concernant la transparence de la chaine de production, le fonctionnement de l’usine de Mayak et les conséquences environnementales de son activité qui ont été adressées par écrit à l’entreprise suisse. Le document présenté le 14 novembre dernier ne répond malheureusement qu’en partie à nos interrogations.

Dans les jours qui viennent, Greenpeace va examiner les résultats présentés dans le détail et les commenter. On peut d’ores et déjà affirmer que l’idée que se fait Axpo de la sécurité, de la propreté et de la durabilité dans la filière nucléaire est très éloignée de la notre. Cela concerne en premier lieu le retraitement des déchets radioactifs issus des centrales nucléaire suisse pour lequel la politique mise en place par Axpo a des conséquences particulièrement infâmes.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp