Le 23 janvier dernier, Axpo présentait au public sa nouvelle stratégie énergétique. A cette occasion, l’entreprise a démontré qu’elle restait prisonnière de paradigmes dépassés. Elle manque ainsi une occasion de participer à la transition énergétique souhaitée par le Politique suite à la catastrophe de Fukushima.Suite à la décision de sortir du nucléaire, l’entreprise énergétique souhaite tout simplement remplacer l’atome par des centrales à gaz, en Suisse mais aussi à l’étranger. La volonté du groupe helvétique d’investir également dans des parcs éoliens à l’étranger n’aide pas à faire passer la pilule. Le développement des nouvelles énergies renouvelables en Suisse – en particulier du solaire – n’intéresse que très peu Axpo. Pourtant leur potentiel est largement sous-exploité dans notre pays. D’ici à 2030, ce sont 14 milliards de kWh d’électricité qui pourrait être produits par la filière du photovoltaïque, selon les calculs des organisations de défense de l’environnement en 2011. C’est 5 fois la production de la centrale nucléaire de Beznau.

Le 23 janvier dernier, Axpo présentait au public sa nouvelle stratégie énergétique. A cette occasion, l’entreprise a démontré qu’elle restait prisonnière de paradigmes dépassés. Elle manque ainsi une occasion de participer à la transition énergétique souhaitée par le Politique suite à la catastrophe de Fukushima.

Suite à la décision de sortir du nucléaire, l’entreprise énergétique souhaite tout simplement remplacer l’atome par des centrales à gaz, en Suisse mais aussi à l’étranger. La volonté du groupe helvétique d’investir également dans des parcs éoliens à l’étranger n’aide pas à faire passer la pilule. Le développement des nouvelles énergies renouvelables en Suisse – en particulier du solaire – n’intéresse que très peu Axpo. Pourtant leur potentiel est largement sous-exploité dans notre pays. D’ici à 2030, ce sont 14 milliards de kWh d’électricité qui pourrait être produits par la filière du photovoltaïque, selon les calculs des organisations de défense de l’environnement en 2011. C’est 5 fois la production de la centrale nucléaire de Beznau.

En finançant massivement à l’étranger, Axpo rate sa chance d’accélérer le processus de transition énergétique en Suisse. Le développement domestique des énergies renouvelables et les investissements dans l’efficience énergétique permettent de créer de nombreux emplois, de sécuriser l’approvisionnement, de soulager les réseaux électriques et de réduire la dépendance vis à vis de l’étranger. La « nouvelle » stratégie d’Axpo sous estime largement le potentiel de production d’électricité de la Suisse. C’est un signe que l’entreprise refuse d’assumer sa responsabilité pour l’avenir et rate une énorme opportunité économique. Dommage, Axpo aurait pu devenir un leader dans la transition énergétique.

Greenpeace et les organisations de protection de l’environnement ont émit un commentaire commun exigeant la mise en œuvre des idées innovantes nécessaires à la transition énergétique. Axpo appartient aujourd’hui à neuf cantons différents. Ils ont la responsabilité d’initier le processus de transition en s’appuyant sur les entreprises électriciennes, qui sont largement assez équipées pour relever le défi. Cela signifie qu’il faudra avoir le courage de se séparer d’Axpo si nécessaire.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp