C’est en tout cas ce que l’on peut espérer après la décision prise hier par le Tribunal Administratif Fédéral (TAF). Elle fait suite au recours déposé par des riverains de la centrale. Cette installation vieillissante devait à l’origine être stoppée au 31 décembre 2012, mais une décision du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), offrait aux Forces Motrices Bernoise (FMB) le droit de continuer l’exploitation sans limites de temps  imposées. C’est cette décision du DETEC qui vient d’être désavouée par le TAF. Greenpeace salue la décision du TAF de révoquer l’autorisation  d’exploitation permanente de la centrale de Mühleberg. Nous appelons les FMB et les autorités cantonales bernoises à accepter cette décision et à faire cesser l’activité de Mühleberg au plus tard en 2013.Ce verdict est une victoire d’étape importante pour la sécurité des citoyens helvétiques. Il apporte un démenti flagrant aux positions  de l’Institut fédéral de sécurité nucléaire (IFSN) et du DETEC concernant le danger que représente la centrale de Mühleberg. Greenpeace exige que l’autorisation d’exploitation de la centrale de Beznau, la plus ancienne encore en activité sur la planète, soit elle aussi révoquée. Cette installation présente des défauts de sécurité tout aussi inquiétants que ceux de Mühleberg.

C’est en tout cas ce que l’on peut espérer après la décision prise hier par le Tribunal Administratif Fédéral (TAF). Elle fait suite au recours déposé par des riverains de la centrale. Cette installation vieillissante devait à l’origine être stoppée au 31 décembre 2012, mais une décision du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), offrait aux Forces Motrices Bernoise (FMB) le droit de continuer l’exploitation sans limites de temps  imposées. C’est cette décision du DETEC qui vient d’être désavouée par le TAF.

Greenpeace salue la décision du TAF de révoquer l’autorisation  d’exploitation permanente de la centrale de Mühleberg. Nous appelons les FMB et les autorités cantonales bernoises à accepter cette décision et à faire cesser l’activité de Mühleberg au plus tard en 2013.

Ce verdict est une victoire d’étape importante pour la sécurité des citoyens helvétiques. Il apporte un démenti flagrant aux positions  de l’Institut fédéral de sécurité nucléaire (IFSN) et du DETEC concernant le danger que représente la centrale de Mühleberg. Greenpeace exige que l’autorisation d’exploitation de la centrale de Beznau, la plus ancienne encore en activité sur la planète, soit elle aussi révoquée. Cette installation présente des défauts de sécurité tout aussi inquiétants que ceux de Mühleberg.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp