Quelques jours après avoir occupé pendant des heures la plate-forme pétrolière Prirazlomnaya en mer de Pechora, de nouvelles actions ont été réalisées pour empêcher Gazprom, géant russe du pétrole, de démarrer ses opérations de forage dans la région du pôle Nord.


Plus de peur que de mal toutefois… ©Greenpeace/Sinyakov

Au matin du 27 août, Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International, et six autres activistes ont intercepté le ‘Anna Akhmatova’, un bateau de passagers acheminant des travailleurs vers la plateforme contestée. Deux heures plus tard, ils ont reçu le renfort de sept autres activistes. Au total, 14 militants Greenpeace de 10 pays différents ont prit part à cette action. Les activistes se sont accrochés à l’ancre de l »Anna Akhmatova’, empêchant celui-ci de rejoindre la plate-forme pétrolière. L’objectif des travailleurs était de procéder aux derniers préparatifs avant d’entamer les forages dans la région fragile de l’Arctique.

Mardi 28 Rebelote. Deux militants Greenpeace ont tenté d’accrocher leur bateau à une amarre lancée entre le ‘Anna Akhmatova’ et la plateforme de Gazprom. Avec une délicatesse toute russe, les employés de Gazprom ont malgré tout  tendu cette amarre faisant chuter les deux militants qui s’y était accrochés dans l’eau glaciale. Plus de peur que de mal toutefois, les deux militants sont heureusement sains et saufs.

Ces actions ont eu lieu alors que l’US National Snow and Ice Data Center – un organe rattaché à la NASA – annonçait que la taille de la banquise était la plus petite jamais observée. Un symptôme alarmant du réchauffement climatique global. Il est plus urgent que jamais de se détourner des énergies fossiles et d’entamer le chemin de la transition énergétique.

Article: « Arctique: vers une fonte record de la banquise »