L’office fédéral de l’énergie (OFEN) a réagi officiellement par rapport aux interrogations soulevées par Greenpeace quant à la sécurité du barrage du Wohlensee. Greenpeace va commander une expertise indépendante par rapport aux conclusions publiées aujourd’hui par l’OFEN. On peut toutefois déjà affirmer que cette prise de position laisse beaucoup de questions sans réponses. L’OFEN se contente de répéter ce qu’elle avait déjà dit et ne prend pas la peine de se justifier par rapport aux contradictions, aux incohérences et aux informations manquantes contenues dans l’expertise de sécurité des Forces motrices bernoises (FMB).On peut notamment citer le fait que dans la prise de position de l’OFEN il n’est pas fait mention du chapitre trois de l’expertise des FMB qui a mystérieusement disparu de ce document. Dans les deux premières versions de cette étude, ce chapitre expliquait dans quelle mesure le barrage du Wohlensee pourrait glisser dans le cas d’un tremblement de terre. L’OFEN se contente de déclarer de façon laconique, qu’un déplacement du barrage n’est pas possible, alors que les informations à ce sujet ont été supprimées du document des FMB.La prise de position de l’OFEN soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Ce qui est extrêmement troublant, au regard de l’importance du barrage pour la sécurité de la centrale nucléaire de Mühleberg, située à 1.3 kilomètres en aval. La prise de position de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) est tout aussi préoccupante. Cette institution, qui a la charge de la sécurité nucléaire du pays, se satisfait de l’expertise de sécurité incomplète des FMB et ne fait pas de commentaire à son propos.

Le barrage du WohlenseeL’office fédéral de l’énergie (OFEN) a réagi officiellement par rapport aux interrogations soulevées par Greenpeace quant à la sécurité du barrage du Wohlensee. Greenpeace va commander une expertise indépendante par rapport aux conclusions publiées aujourd’hui par l’OFEN. On peut toutefois déjà affirmer que cette prise de position laisse beaucoup de questions sans réponses.

L’OFEN se contente de répéter ce qu’elle avait déjà dit et ne prend pas la peine de se justifier par rapport aux contradictions, aux incohérences et aux informations manquantes contenues dans l’expertise de sécurité des Forces motrices bernoises (FMB).

On peut notamment citer le fait que dans la prise de position de l’OFEN il n’est pas fait mention du chapitre trois de l’expertise des FMB qui a mystérieusement disparu de ce document. Dans les deux premières versions de cette étude, ce chapitre expliquait dans quelle mesure le barrage du Wohlensee pourrait glisser dans le cas d’un tremblement de terre. L’OFEN se contente de déclarer de façon laconique, qu’un déplacement du barrage n’est pas possible, alors que les informations à ce sujet ont été supprimées du document des FMB.

La prise de position de l’OFEN soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Ce qui est extrêmement troublant, au regard de l’importance du barrage pour la sécurité de la centrale nucléaire de Mühleberg, située à 1.3 kilomètres en aval. La prise de position de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) est tout aussi préoccupante. Cette institution, qui a la charge de la sécurité nucléaire du pays, se satisfait de l’expertise de sécurité incomplète des FMB et ne fait pas de commentaire à son propos.

Florian Kasser est responsable de campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp