Mercredi 25 mai 2013, l’initiative fédérale Efficacité électrique a été déposée à la Chancellerie fédérale, signée par plus de 128’000 personnes. Une très large coalition provenant du monde politique, économique et des organisations environnementales est à l’origine du texte. Son objectif est de garantir qu’à l’avenir la consommation d’électricité ne dépassera pas le niveau atteint en Suisse en 2011 . Pour Kaspar Schuler, le directeur de la campagne Climat et Énergie de Greenpeace Suisse, « le potentiel de l’efficacité électrique est même plus élevé que ce qu’annonce l’initiative. D’ici à 2035, les quatre cinquièmes de la production d’électricité nucléaire pourraient être compensés par la maîtrise de la consommation.  L’initiative permet de s’assurer de l’existence d’un objectif minimal contraignant. De cette façon, le tournant énergétique ne pourra pas se faire sans un véritable effort en matière d’efficacité électrique. » « Le dépôt de l’initiative arrive pile au bon moment afin que nos revendications soient prises en considération lors des débats sur le futur énergétique du pays, qui devraient se tenir cet automne aux Chambres fédérales », déclare Anne Koch, chargée de campagne efficacité énergétique pour Greenpeace Suisse. Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Mercredi 25 mai 2013, l’initiative fédérale Efficacité électrique a été déposée à la Chancellerie fédérale, signée par plus de 128’000 personnes. Une très large coalition provenant du monde politique, économique et des organisations environnementales est à l’origine du texte. Son objectif est de garantir qu’à l’avenir la consommation d’électricité ne dépassera pas le niveau atteint en Suisse en 2011 .

Pour Kaspar Schuler, le directeur de la campagne Climat et Énergie de Greenpeace Suisse, « le potentiel de l’efficacité électrique est même plus élevé que ce qu’annonce l’initiative. D’ici à 2035, les quatre cinquièmes de la production d’électricité nucléaire pourraient être compensés par la maîtrise de la consommation.  L’initiative permet de s’assurer de l’existence d’un objectif minimal contraignant. De cette façon, le tournant énergétique ne pourra pas se faire sans un véritable effort en matière d’efficacité électrique. »
 
« Le dépôt de l’initiative arrive pile au bon moment afin que nos revendications soient prises en considération lors des débats sur le futur énergétique du pays, qui devraient se tenir cet automne aux Chambres fédérales », déclare Anne Koch, chargée de campagne efficacité énergétique pour Greenpeace Suisse.

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp