La houille brune, ou lignite, est probablement le pire agent énergétique au regard de son impact climatique. Une centrale électrique fonctionnant avec ce « charbon brun » produit trois fois plus de CO2 qu’une centrale au gaz. Mais, malgré le changement climatique en cours, le charbon reste l’agent énergétique le plus utilisé pour produire de l’électricité à l’échelle de la planète .

Une mine de houille brune, dans l'état de Brandebourg.La houille brune, ou lignite, est probablement le pire agent énergétique au regard de son impact climatique. Une centrale électrique fonctionnant avec ce « charbon brun » produit trois fois plus de CO2 qu’une centrale au gaz. Mais, malgré le changement climatique en cours, le charbon reste l’agent énergétique le plus utilisé pour produire de l’électricité à l’échelle de la planète .

L’Allemagne, qui, selon le WWF, possède 10 des 30 centrales thermiques les plus polluantes d’Europe, compte sur la houille brune pour assurer son approvisionnement en électricité, car c’est la seule ressource énergétique fossile présente en grande quantité sur son territoire. «26 centrales au lignite ou au charbon d’une capacité totale de 10 000 mégawatts sont en cours de construction ou en projet», expliquait Claudia Kempfert, spécialiste énergie de l’institut DIW au journal Le Temps en octobre 2011. Il serait de très mauvais augure de voir tous ces projets se réaliser. Cela saboterait les efforts consentis pour la transition énergétique en Allemagne, et enverrait un très mauvais exemple pour les autres pays engagé sur la même voie, dont la Suisse.

Malheureusement, en plus de son impact sur le climat, l’exploitation de houille brune entraine également des effets dévastateurs sur les paysages et pour les personnes. Le lignite se retrouve dans des couches sédimentaires proches de la surface du sol, souvent sur des zones très étendues. Les mines à ciel ouvert creusées pour l’exploitation de cette ressource sont donc gigantesques, avalant tout sur leur passage, les forêts, les prairies, mais aussi les champs et les villages.

Le village de Proschim, dans la périphérie de la ville de Welzow, dans l’état de Brandebourg, risque fort de disparaître à cause d’un projet de mine à ciel ouvert de Vattenfall. Mais l’entreprise électrique suédoise devra faire face aux résistances locales avant de pouvoir extraire les 204 millions de tonnes de lignite qu’elle espère trouver. Johannes Kapelle, un agriculteur qui a vécu plus de 50 ans dans ce village mène la résistance. L’église du village, où monsieur Kapelle est organiste depuis l’âge de 14 ans, a résisté à deux guerres mondiales. Elle n’existera peut être plus l’an prochain. Pour l’heure, c’est grâce à l’engagement de personnes comme M. Kapelle que ce village tient encore debout.

Vous pouvez apporter votre soutien à M. Kapelle en cliquant ici (Site en allemand) .

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp