En 2010, le Grand Conseil neuchâtelois accordait  une concession d’exploitation d’hydrocarbures en faveur de la société Celtique Energie Neuchâtel SA en cas de découverte d’hydrocarbure dans le Val-de-Travers.

Les gorges de l'Areuse près de Noiraigeu (Kurowiak/Greenpeace)En 2010, le Grand Conseil neuchâtelois accordait  une concession d’exploitation d’hydrocarbures en faveur de la société Celtique Energie Neuchâtel SA en cas de découverte d’hydrocarbure dans le Val-de-Travers.

Aujourd’hui, l’entreprise s’apprête à déposer un permis de construire pour ses installations de forage. Elle prévoit de forer à proximité de la commune de Val-de Travers, dans une région considérée comme le château d’eau du canton. 70% des habitants du canton boivent l’eau des aquifères de cette région, dont les habitants de la Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel. Lors d’une procédure de consultation les élus des deux villes ont exprimé leurs craintes et rejeté le projet.

Celtique Énergie affirme vouloir exploiter une poche de gaz conventionnelle située à 2’300 mètres de profondeur, sans recourir à la fracturation hydraulique. Malgré cela les habitants de la région, les Verts neuchâtelois et les organisations de défense de l’environnement se montrent très méfiants par rapport à ce projet, évoquant des craintes pour la qualité de l’eau. De plus, l’atteinte au paysage, le bruit et les nombreux mouvements de camions qu’entrainerait un tel forage auront certainement un impact négatif sur la qualité de vie des habitants  et sur les écosystèmes de la région. Le collectif citoyen « Non à l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures » sur la commune de Val-de-Travers  s’est crée début juillet 2013 afin de lutter contre ce projet.

Le collectif a été rejoint par des bénévoles de Greenpeace , essentiellement pour rappeler, qu’au-delà de l’impact local qu’un tel forage pourrait avoir, il faut aussi avoir à l’esprit l’impact global de l’exploitation des énergies fossiles sur le climat. Un tel projet va à l’encontre des objectifs de la Suisse en matière de réduction des gaz à effet de serre et risque fort de renforcer la dépendance du canton de Neuchâtel aux énergies fossiles, alors qu’il est grand temps de leur tourner le dos.

Vous pouvez soutenir l’action du collectif et vous opposer à ce projet d’un autre âge en le rejoignant sur les réseaux sociaux  ainsi qu’en signant et en partageant cette pétition contre le forage de Val-de-Travers. 

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp