Le Ministère public de la Fédération de Russie a inculpé de piraterie 28 défenseurs de l’Arctique ainsi que deux journalistes indépendants. Le Suisse Marco Weber fait partie des inculpés. Greenpeace Suisse est scandalisée et fera tout pour que ces accusations absurdes soient abandonnées aussi rapidement que possible.


Le militant Greenpeace, Marco Weber. ©Greenpeace/Sinyakov

 « L’accusation de piraterie est absurde, les militants Greenpeace n’ont fait que s’engager absolument pacifiquement pour la protection de l’Arctique, » explique Verena Muehlberger, co-directrice de Greenpeace Suisse. « Ils ne voulaient qu’attirer l’attention de l’opinion publique internationale sur le fait que les forages pétroliers de Gazprom reviennent à jouer à la roulette russe avec les derniers écosystèmes intacts de notre planète, et donc aussi avec la vie des humains et des animaux qui la peuplent. »

Les courageux défenseurs de l’Arctique ont protesté de manière pacifique contre la plateforme pétrolière de Gazprom parce qu’ils se sentaient moralement engagés à dénoncer la destruction de l’Arctique qui s’accélère de jour en jour. Les forages pétroliers dans l’Arctique menacent une région fragile et unique et tous ses habitants. Ils accroissent aussi le réchauffement climatique. Les entreprises qui en sont responsables ne recherchent que le profit au prix de la destruction de ce patrimoine naturel.

L’action de protestation pacifique entreprise par Marco et ses compagnons contre les dangereux projets de forage du groupe pétrolier Gazprom s’inscrit dans le cadre de la campagne de Greenpeace pour la défense de l’Arctique. Telle Gazprom, d’autres groupes pétroliers comme Shell et Statoil (Norvège) prévoient malheureusement aussi de forer dans l’Arctique. Greenpeace veut faire cesser tous les forages pétroliers et gaziers dans l’Arctique et exige la création d’une réserve internationale qui protège l’Arctique.