Cinq militants Greenpeace ont obtenu aujourd’hui une libération sous caution. Ana Paula Maciel (Brésil), David Haussmann (Nouvelle-Zélande), Camila Speziale (Argentine), Tomasz Dziemianczuk (Pologne),  et Miguel Hernan Perez Orsi (Argentine), rejoignent ainsi les Russes Ekaterina Zaspa, Denis Sinyakov et Andrey Allakhverdov, libérés sous caution hier. Rappelons que Colin Russel (Australie),  le premier militant à passer devant la cour hier matin, a vu sa détention préventive prolongée de trois mois. La raison de cette différence de traitement est pour l’heure inconnue. En dehors du montant des cautions exigées, les conditions de ces libérations ne sont pas connues pour l’instant. Seront-ils placés en résidence surveillée ou retrouveront-ils leur liberté de mouvement? Tout ce que l’on peut dire pour l’heure c’est que les accusations à leur égard n’ont pas changé. Ils restent sous le coup d’une enquête pour piraterie et hooliganisme. « C’est la plus belle nouvelle que j’ai reçue depuis deux mois, mais la justice ne sera rendue qu’avec l’abandon des accusations  ridicules dont sont victimes les militants », déclarait ce matin la mère d’Ana Paula Maciels. La situation pourrait encore évoluer dans les prochaines heures…

Ana Paula Maciels (Brésil)Cinq militants Greenpeace ont obtenu aujourd’hui une libération sous caution. Ana Paula Maciel (Brésil), David Haussmann (Nouvelle-Zélande), Camila Speziale (Argentine), Tomasz Dziemianczuk (Pologne),  et Miguel Hernan Perez Orsi (Argentine), rejoignent ainsi les Russes Ekaterina Zaspa, Denis Sinyakov et Andrey Allakhverdov, libérés sous caution hier. Rappelons que Colin Russel (Australie),  le premier militant à passer devant la cour hier matin, a vu sa détention préventive prolongée de trois mois. La raison de cette différence de traitement est pour l’heure inconnue.

En dehors du montant des cautions exigées, les conditions de ces libérations ne sont pas connues pour l’instant. Seront-ils placés en résidence surveillée ou retrouveront-ils leur liberté de mouvement? Tout ce que l’on peut dire pour l’heure c’est que les accusations à leur égard n’ont pas changé. Ils restent sous le coup d’une enquête pour piraterie et hooliganisme.

« C’est la plus belle nouvelle que j’ai reçue depuis deux mois, mais la justice ne sera rendue qu’avec l’abandon des accusations  ridicules dont sont victimes les militants », déclarait ce matin la mère d’Ana Paula Maciels.

La situation pourrait encore évoluer dans les prochaines heures…


MISE À JOUR:

Quatre nouveaux militants ont été libérés sous caution dans la journée du 19 novembre. Il s’agit de Sini Saarela (Finlande), de Paul D. Ruzycki (Canada), de Francesco Pisanu (France) et de Christian D’Alessandro (Italie).

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp