L’entreprise transnationale Procter & Gamble (P&G) s’est engagée à éliminer la déforestation liée à la production de l’huile de palme utilisée dans ses produits d’ici à 2020. Pour cela elle va rendre ses processus interne transparents en fournissant une traçabilité complète de toute l’huile de palme dont elle se fournit. Si Greenpeace salue une nouvelle encourageante pour les forêts indonésiennes et les communautés qui en dépendent, l’organisation rappelle que le chemin à parcourir est encore long.

Les tigres de Sumatra verront-ils leur habitat protégé?L’entreprise transnationale Procter & Gamble (P&G) s’est engagée à éliminer la déforestation liée à la production de l’huile de palme utilisée dans ses produits d’ici à 2020. Pour cela elle va rendre ses processus interne transparents en fournissant une traçabilité complète de toute l’huile de palme dont elle se fournit. Si Greenpeace salue une nouvelle encourageante pour les forêts indonésiennes et les communautés qui en dépendent, l’organisation rappelle que le chemin à parcourir est encore long.

P&G laisse un délai de 6 ans à ses fournisseurs pour se plier aux exigences de l’engagement pris par l’entreprise. Ce sont donc encore au moins 6 années de déforestation pour les forêts indonésiennes, avec un effet catastrophique sur la biodiversité et sur le climat. Greenpeace exige de P&G qu’elle fasse immédiatement pression sur ses fournisseurs, notamment Musim Mas et KLK qui sont responsables de la disparition massive de forêts primaires et de tourbières.

Greenpeace admet toutefois que l’engagement annoncé va plus loin que les critères définis par la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO). P&G demande notamment aux fournisseurs de garantir que les tourbières ne soient plus converties en terres agricoles, que les droits des communautés indigènes soient respectés et que les forêts primaires soient protégées. Malheureusement, P&G pourra garantir que ses productions ne causent pas de déforestations qu’une fois qu’un engagement similaire sera pris pour toutes les matières premières forestières utilisées par ses différentes marques.

L’engagement de P&G fait notamment suite à une campagne de Greenpeace, lancée en février dernier avec la publication du rapport « P&G’s Dirty Secret ». 400’000 personnes ont interpelés l’entreprise, en exigeant qu’elle s’engage à protéger ces forêts qui fournissent un habitat aux orangs-outangs et aux tigres de Sumatra, entre autres espèces animales et végétales exceptionnelles. Une série d’action de protestation a également été menée, notamment au siège européen du groupe transnational à Genève. L’annonce de P&G fait suite à celle de plusieurs groupes d’importance mondiale. Ces engagements permettent aujourd’hui d’imaginer une production d’huile de palme libérée de la déforestation.

Mirjam Kopp est en charge de la campagne « P&G’s Dirty Secret » pour Greenpeace Suisse 

Le site de la campagne Dirty Secret

L’engagement de P&G (en anglais)

Les principaux enseignements du rapport « P&G’s Dirty Decret » (en anglais)

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp