Durant la matinée du 30 avril 2014, les députés du Grand Conseil du canton de Neuchâtel ont voté en faveur d’un texte instaurant un moratoire interdisant les forages d’hydrocarbures sur tout le territoire du canton dans les dix prochaines années. Une lettre signée par les antennes locales du WWF et de Pro Natura ainsi que par le groupe régional Greenpeace, avait été adressée à tous les parlementaires cantonaux. Elle les invitait à voter en faveur d’un moratoire de dix ans et de refuser la proposition du Conseil d’Etat qui demandait cinq ans. Neuchâtel devient ainsi le premier canton de Suisse à se munir d’un tel texte. Reste à voir si cette décision fera tâche d’huile, d’autres cantons de Suisse étant concernés par différents projets de forages d’hydrocarbures, notamment les cantons de Vaud, de Berne, de Lucerne et la Thurgovie.

Durant la matinée du 30 avril 2014, les députés du Grand Conseil du canton de Neuchâtel ont voté en faveur d’un texte instaurant un moratoire interdisant les forages d’hydrocarbures sur tout le territoire du canton dans les dix prochaines années. Une lettre signée par les antennes locales du WWF et de Pro Natura ainsi que par le groupe régional Greenpeace, avait été adressée à tous les parlementaires cantonaux. Elle les invitait à voter en faveur d’un moratoire de dix ans et de refuser la proposition du Conseil d’Etat qui demandait cinq ans. Neuchâtel devient ainsi le premier canton de Suisse à se munir d’un tel texte. Reste à voir si cette décision fera tâche d’huile, d’autres cantons de Suisse étant concernés par différents projets de forages d’hydrocarbures, notamment les cantons de Vaud, de Berne, de Lucerne et la Thurgovie.

Ce vote est aussi le résultat d’une forte mobilisation citoyenne. En été dernier, un collectif citoyen se formait à Val-de-Travers afin de lutter contre le projet de forage d’une entreprise britannique sur le site de Noiraigue. Dès le départ le collectif fut rejoint par les bénévoles du groupe régional Greenpeace de Neuchâtel. Ensemble, ces militants ont réussi en moins de deux mois à récolter plus de 10’000 signatures en faveur de leur pétition qui demandait un moratoire contre tous forages d’hydrocarbures dans le canton. Moins d’un an après le début de leur campagne, les militants neuchâtelois ont donc eu la satisfaction de voir leur travail récompensé.

Cette décision constitue également un grand soulagement pour Greenpeace Suisse. Le projet de forage de Val-de-Travers constitue une absurdité dangereuse au regard de l’évolution des changements climatiques. Si nous souhaitons avoir une chance de maintenir le réchauffement en dessous de la barre critique des 2°, il faut cesser de forer le sol à la recherche de nouvelles sources d’hydrocarbures et accélérer le processus de transition énergétique.

 

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp