Une erreur de jugement entraîne un déficit de 3.8 millions d’euros pour Greenpeace International. L’organisation en tire déjà toutes les conséquences. Active dans 40 pays différents, Greenpeace International doit travailler en permanence avec un grand nombre de devises différentes. Greenpeace International est en charge de la coordination et de la prestation de service pour les campagnes globales. Pour ce faire, l’organisation se finance à l’aide de dons et de contributions issus de 40 pays différents et collectés par les différents bureaux locaux. Le budget était de 79 millions d’euros en 2013, et s’élève à 82 millions pour 2014.

Une erreur de jugement entraîne un déficit de 3.8 millions d’euros pour Greenpeace International. L’organisation en tire déjà toutes les conséquences. Active dans 40 pays différents, Greenpeace International doit travailler en permanence avec un grand nombre de devises différentes. Greenpeace International est en charge de la coordination et de la prestation de service pour les campagnes globales. Pour ce faire, l’organisation se finance à l’aide de dons et de contributions issus de 40 pays différents et collectés par les différents bureaux locaux. Le budget était de 79 millions d’euros en 2013, et s’élève à 82 millions pour 2014.

Les bureaux nationaux et régionaux de Greenpeace qui n’ont pas encore les moyens de financer entièrement leurs propres campagnes reçoivent un soutien financier dont la répartition est de la compétence de Greenpeace International. Pour réaliser cette tâche le bureau international travaille avec des euros, alors que les différents bureaux régionaux travaillent avec les devises locales. Les fluctuations des taux de change peuvent conduire à des excédents, mais aussi à des pertes. Les deux situations se sont présentées par le passé, mais dans le long terme les comptes ont toujours été équilibrés. Greenpeace International assume tous les risques, car les variations des taux de change peuvent avoir de graves conséquences pour les plus petits bureaux.

En 2013, rompant avec les pratiques habituelles, Greenpeace a cherché à se prémunir contre la possibilité d’une chute des cours en achetant des devises à un prix fixe. C’est là qu’une erreur grave a été commise. Les garanties ont été mal évaluées, entraînant en 2013 une perte de 3.8 millions d’euros. Il semblerait que certains mécanismes de contrôle interne n’aient pas été entièrement respectés. Le département financier de Greenpeace International a réalisé cette opération sans consulter la direction et les organismes concernés. De telles erreurs ne doivent plus pouvoir être commises à l’avenir.

En plus des mesures d’urgences, la direction de Greenpeace International a décidé de mandater un audit indépendant, sur lequel elle pourra s’appuyer afin de mettre en œuvre les mesures qui s’imposent. Greenpeace Suisse prendra en compte les enseignements de cette procédure de contrôle et mettra en oeuvre les mesures qui s’imposent. Cette perte sera contenue dans le rapport annuel 2013 de Greenpeace International, établi par l’entreprise KPMG, et qui sera rendu public prochainement.

Greenpeace Suisse ne rattrapera pas cette perte, dont la responsabilité repose entièrement sur les épaules de Greenpeace International. Toutefois l’antenne suisse travaille étroitement avec le bureau international afin d’améliorer les processus dans le domaine des finances et d’accompagner les mesures d’économie. Greenpeace Suisse va continuer de s’assurer que les fonds qu’elle récolte sont utilisés exclusivement afin de remplir les objectifs fixés pour l’organisation.

Greenpeace dans son ensemble déplore fortement cette situation et regrette les pertes qu’elle a occasionnées. Nous présentons toutes nos excuses à nos donateurs pour cette erreur. Ce déficit n’aura pas d’impact immédiat sur les campagnes et les stratégies menées dans notre pays. Greenpeace Suisse reste toutefois en contact direct avec Greenpeace International et vérifiera par elle-même les résultats du rapport annuel international une fois qu’il sera publié.

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp