Cela fait près d’un mois que Greenpeace dénonce le partenariat publicitaire entre Shell et Lego. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie de la part de Shell. Son but est de « s’acheter des amis » qui pourront légitimer ses dangereux projets de forage en Arctique et d’associer la marque à des valeurs positives.

Lego fait la sourde oreille, elle n’a eu aucune réaction depuis le 1er juillet et la publication d’un communiqué de presse sur son site internet, dupliqué sur Facebook et dans ses réponses aux médias internationaux. Nous avons donc décidé de répondre aux déclarations de Lego.

Lego prétend que « la campagne menée par Greenpeace est axée sur la façon dont Shell travaille dans une région du monde en particulier. Nous sommes convaincus que ce problème doit être réglé entre Shell et Greenpeace. Nous sommes profondément attristés lorsque la marque Lego est utilisée comme instrument dans un différend entre organisations. »
Lego ne veut pas être mêlé au « différend » entre Greenpeace et Shell, alors que le fabricant de jouets a choisi son camp il y a longtemps, lorsqu’il a décidé de s’associer à Shell pour des campagnes de copromotion. Lego a donc pris parti pour Shell en l’aidant à améliorer son image. Tant que le groupe Lego continuera de servir de faire-valoir à la compagnie pétrolière, il restera un levier que nous n’hésiterons pas à actionner en toute légitimité pour faire bouger Shell.

Lego affirme que « les contrats de copromotion, à l’instar de celui passé avec Shell, constituent l’un des nombreux moyens de rendre les briques Lego accessibles à davantage d’enfants ».
Soyons sérieux! Tout aussi géniales, cultes et créatives qu’elles soient, les briques Lego n’en restent pas moins des jouets. Ce ne sont pas des médicaments, de la nourriture, des moyens de lutte contre le paludisme ou un droit de l’enfant! De plus, lorsque le groupe Lego rend ses briques « accessibles à davantage d’enfants » grâce à un partenariat commercial avec une entreprise moralement contestable, il met en péril sa bonne réputation. En apposant le logo de Shell sur ses boîtes de jeux, il aide la compagnie Shell à nous faire oublier qu’elle menace l’Arctique et la biodiversité unique qu’abrite cette région. Mais nous ne sommes pas dupes. Il est temps que Lego choisisse le camp de la protection de l’Arctique et des enfants, et cesse définitivement de s’acoquiner avec Shell.

En Suisse et partout dans le monde, les bénévoles Greenpeace multiplient les activités de sensibilisation du public.

 

Si Lego choisit de mettre sa tête dans le sable, nous sommes déterminés à lui faire entendre les 750’000 voix!

 29.07 (Londres/Grande-Bretagne) 50 ambassadeurs âgés de 5 à 10 ans sont allés devant le siège londonien de Lego, pour contribuer à la campagne. Pourquoi? Parce que ce sont eux les premiers concernés. Les enfants et leurs familles présents durant cette activité étaient là car ils sont préoccupés par le sort de l’environnement et l’avenir de notre planète dont ils hériteront.
   
   29.07. (Toronto/Canada) Des militants Greenpeace sont descendus dans la rue recueillir les impressions du public pour le lancement de la nouvelle boîte de jeu LEGO: « Marée noire en Arctique ».

 

La mobilisation en ligne continue, pour que Lego cesse de nous ignorer.
Vous pouvez y participer de plusieurs manières:

Fabriquez votre propre figurine pour demander à Lego de bloquer Shell

Signez et partagez la pétition pour dire à Lego de ne plus faire équipe avec Shell

Signez la pétition et rejoignez le mouvement international « Protégeons l’Arctique »