Un village de 5’000 habitants au nord de l’Italie, Malles, attend de récolter ses pommes jaunes et rouges. Elles représentent « l’or » de la région, car elles seront bientôt entièrement produites sans pesticides. Située près des frontières autrichienne et suisse, comment cette localité est-elle devenue l’une des pionnières d’un avenir biologique pour l’économie agricole européenne de demain?

Un village de 5’000 habitants au nord de l’Italie, Malles, attend de récolter ses pommes jaunes et rouges. Elles représentent « l’or » de la région, car elles seront bientôt entièrement produites sans pesticides. Située près des frontières autrichienne et suisse, comment cette localité est-elle devenue l’une des pionnières d’un avenir biologique pour l’économie agricole européenne de demain?

Les habitants ne pouvaient plus supporter de voir, saison après saison, leurs maisons, leurs jardins et les champs pulvérisés de pesticides. Ils retrouvaient ce poison dans leur nourriture et dans l’eau. La communauté locale a fait  pression, puis un référendum a été lancé: 75% des électeurs ont voté pour une interdiction de tous les pesticides sur la totalité du territoire du village.

Selon Claudio Porrini, entomologiste à l’Université de Bologne et expert dans ce domaine, cette décision n’est pas surprenante: « Les apiculteurs locaux étaient désespérés; ils souffrent de la forte mortalité des abeilles due à l’utilisation massive de pesticides, » a-t-il expliqué. Dans ces vallées étroites, tout est proche: les vergers et les forêts côtoient les écoles et les installations sportives.

« Afin de pouvoir vivre ensemble, nous devons absolument réduire l’utilisation des pesticides. Le traitement avec ces produits chimiques peut réduire l’attaque de parasites, mais a d’autres effets négatifs. Même si les pesticides sont pulvérisés sur une petite parcelle, le reste se répand dans l’environnement. Il est clair que l’opposition est d’autant plus forte lorsque les vergers jouxtent les maisons », explique Claudio Porrini.

La décision du village de Malles pourrait également encourager le développement d’un tourisme respectueux de l’environnement en aménageant des pistes cyclables et pédestres ainsi que des visites de fermes durables. Cet exemple positif démontre une fois de plus que l’agriculture biologique fonctionne et peut produire des aliments sans pesticides et bénéfiques pour notre santé. Ce vote pourrait déclencher un effet dominos sur le marché de la pomme en Italie du nord. Reste à savoir qui sera le prochain village à franchir le pas?

Françoise Minarro est porte-parole de la campagne Biodiversité & Toxiques de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp