Lors des débats autour de la stratégie énergétique du pays, le Conseil national a décidé une augmentation du supplément maximal sur les coûts de transport. Ce montant pris sur les factures d’électricité permet de financer les projets d’énergie renouvelables dans notre pays, en particulier le solaire.

Lors des débats autour de la stratégie énergétique du pays, le Conseil national a décidé une augmentation du supplément maximal sur les coûts de transport. Ce montant pris sur les factures d’électricité permet de financer les projets d’énergie renouvelables dans notre pays, en particulier le solaire.

Plus de 30’000 projets d’installations solaires sont en attente d’un financement en Suisse, et ce nombre ne cesse d’augmenter. Avec la Rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC), le photovoltaïques reçoit le soutien qui permettra son essor. La RPC compense la différence entre le montant de la production et le prix du marché, garantissant ainsi aux producteurs de courant solaire un prix qui correspond à leurs coûts de production.

Investissement dans l’avenir

L’argent qui finance la RPC provient d’un supplément au kilowattheure dont s’acquitte le consommateur final d’électricité. Le Conseil national a décidé de faire passer ce montant de 1.5 à 2.3 centimes par kWh. L’impact de cette décision est extrêmement positif. Une grande partie des projets bloqués sur la liste d’attente de la RPC vont être réalisé. Fin 2016, on aura réduit de 30’000 à 7’000, les projets en attente d’un soutien. La chambre basse du Parlement fédéral a également décidé de maintenir le système de la RPC pour 2017.

Mathias Schlegel est porte-parole de la campagne Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp