Les dauphins Maui sont endémiques en Nouvelle-Zélande et pourtant en voie d’extinction. Ils sont déjà menacés par la pêche industrielle. A cela s’ajoutent maintenant les compagnies pétrolières qui flairent des profits là où vit ce cétacé.


©Greenpeace
©Greenpeace

Depuis décembre 2014, nous nous sommes engagés pour les Vaquitas, de petits cétacés du Golfe de Californie. Et nous sommes parvenus à protéger l’habitat des 97 derniers survivants de cette espèce de l’industrie de la pêche. Le gouvernement mexicain a accepté la requête de notre pétition de décembre. Le décret de protection devrait être publié prochainement. C’est un exemple merveilleux de ce que nous pouvons obtenir grâce à celles et ceux qui nous soutiennent.

Mais les mammifères marins meurent aussi ailleurs. Le plus petit d’entre eux, le dauphin Maui qui atteint 1.4 mètre au maximum pourrait prochainement disparaître à jamais. Il évolue dans les eaux côtières peu profondes de l’Ouest de la Nouvelle-Zélande, ce qui pourrait être fatal aux individus restants, estimés à 55 par les scientifiques. C’est justement là que l’industrie pétrolière veut chercher du pétrole au moyen de tests sismiques. Ces mesures sont inutiles et s’ajoutent à la pêche industrielle qui menace les derniers individus de cette espèce.

Pour faire des mesures sismiques, les canons à air des entreprises pétrolières émettent des ondes de choc. Ces ondes sont renvoyées par les fonds marins et captées par plusieurs senseurs remorqués par un bateau. Les dauphins ont un sens de l’orientation très développé et sont très sensibles aux perturbations acoustiques. Ils communiquent, naviguent et chassent à l’aide d’une écho-localisation complexe que l’impitoyable bruit sismique perturbe et altère. Si ces mesures devaient ensuite provoquer des forages pétroliers, il y a le risque d’une rupture du puits de forage – et la fin probable de cette variété rare de dauphins considérée comme une sous-espèce du dauphin Hector endémique à la Nouvelle-Zélande.

Le gouvernement a déjà protégé une partie de son habitat. Les politiciens ont toutefois autorisé des activités de prospection pétrolière dans une partie de la zone. Nous ne l’acceptons pas sans réagir. Après les Vaquitas, nous voulons aussi aider les dauphins Maui. Signez notre pétition et appelez le gouvernement de Wellington à faire un geste clair contre l’avidité de l’industrie de pétrolière et celle de la pêche!