« Probablement cancérigène. » C’est ainsi que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment qualifié le glyphosate. Ce pesticide et ses produits dérivés se retrouvent dans l’air, dans la pluie et même dans le corps humain. Il est temps d’agir. Le glyphosate doit être interdit. C’est pour cela que Greenpeace, les Médecins en faveur de l’environnement (MfE) et la Fédération romande des consommateurs (FRC) lancent la pétition « Interdire le glyphosate – maintenant! ».

©Greenpeace/Novis
©Greenpeace/Novis

Le glyphosate du groupe agrochimique états-uniens Monsanto est l’herbicide le plus utilisé dans le monde entier. Il a été autorisé en 1975 déjà – malgré qu’il soit toxique pour les humains et l’environnement. « Le CIRC confirme que cet herbicide peut rendre gravement malade. C’est pour cela qu’il est temps d’agir et d’interdire le glyphosate, » déclare Martin Forter, directeur de MfE.

L’utilisation répétée nuit en outre aux organismes aquatiques et terrestres et conduit à une perte de biodiversité. Les effets nuisibles sur les organismes aquatiques et les micro-organismes du sol sont confirmés. Le glyphosate est aussi le pesticide le plus utilisé en Suisse. Au printemps, de nombreux champs ont ainsi une affreuse couleur jaune. « Le ‘toxic spring’ commence avec les premiers bourgeons. De nombreux labours sont arrosés au glyphosate avant les semailles. Il en va de même des prés et des friches destinées à être labourées. En quelques jours, elles deviennent des déserts jaune-orange. Il faut arrêter la folie du glyphosate dans les champs et les jardins! »,  dénonce Marianne Künzle, spécialiste de l’agriculture chez Greenpeace.

Le glyphosate est aussi utilisé dans les jardins privés. De nombreuses personnes achètent des produits aux noms prometteurs tels que Roundup, Resolva ou Capito. Peu sont conscientes que l’épandage d’herbicides totaux est dangereux pour la santé. Mathieu Fleury, secrétaire général de la Fédération romande des consommateurs (FRC), explique: « Il faut renoncer à ces produits pour l’usage privé!  »

Avec l’Alliance des organisations de consommateurs (SKS et ACSI), la FRC avait déjà, par mesure de précaution, demandé aux grands magasins de jardinage (Migros, Coop, Hornbach, Jumbo und Landi) de retirer volontairement les produits contenant du glyphosate de leurs rayons. « Toutefois ces appels à l’action doivent être complétés par un retrait officiel touchant la globalité du marché suisse » souligne Barbara Pfenniger, responsable alimentation & agriculture de la FRC.

Les problèmes en lien avec le glyphosate ne constituent que la pointe de l’iceberg. L’utilisation de pesticides chimiques de synthèse est liée à différentes atteintes à la santé publique et à l’environnement ainsi qu’à la mort des abeilles. C’est pour cela que Greenpeace, les Médecins en faveur de l’environnement (MfE) et la FRC lancent la pétition « Interdire le glyphosate – maintenant! ». Au lieu de continuer à investir dans une agriculture intensive, il faut promouvoir des méthodes écologiques et sans produits chimiques de synthèse qui ne rendent pas les humains et les animaux malades et développer la recherche.