En 1985, les services secrets français coulent le navire de Greenpeace, le Rainbow Warrior. Fernando Pereira, photographe de l’équipage, perd la vie.

Le Rainbow Warrior après l'attentat

Le Rainbow Warrior était ancré dans le port d’Auckland lorsque deux explosions retentissent au milieu de la nuit, entre le 10 et le 11 juillet 1985. Le navire de Greenpeace actif contre les essais nucléaires vient d’être coulé par les services secrets français. Fernando Pereira, photographe de l’équipage et militant écologiste non violent, se trouvait à bord. Le monde se réveille sous le choc.

Le sabotage est évident. Au fil des semaines, les preuves contre le gouvernement français s’accumulent. Sous la pression internationale, celui-ci finit par reconnaître les faits. La tragédie a mis en lumière, dans le monde entier, le combat de Greenpeace, lui donnant encore plus de force et de détermination afin poursuivre ses missions.

En France, une campagne de désinformation est orchestrée avec vigueur par les autorités. Greenpeace, organisation étrangère, probablement manipulée par des intérêts ennemis, est accusée et contrainte de fermer ses bureaux en 1987. Deux ans plus tard, le combat contre le nucléaire reprend et se poursuit encore de nos jours!

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp