C’est clair! Même l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) reconnaît maintenant que les néonicotinoïdes tuent les abeilles! Une étude scientifique publiée aujourd’hui établit un rapport de causalité clair entre les trois néonicotinoïdes que sont le Thiamethoxame (Syngenta), l’Imidaclopride et le Clothianidine (les deux de Bayer), et la mort des abeilles.

Les deux groupes agrochimiques minimisent depuis des années les risques que comportent leurs articles phares. Ils ont même porté plainte contre la Commission de l’UE qui a limité partiellement il y a deux ans l’utilisation de ces pesticides tueurs d’abeilles. Il faut mettre un terme à ces manigances et interdire immédiatement l’utilisation des néonicotinoïdes pour tous les usages et toutes les cultures! En Suisse aussi.

Les néonicotinoïdes sont un groupe de pesticides particulièrement toxiques. Ce ne sont malheureusement pas les seuls. Plusieurs centaines de pesticides en partie très toxiques peuvent en effet être utilisés en Suisse. Les pesticides chimiques de synthèses sont une partie du problème que constitue l’agriculture industrielle. Qui scie la branche sur laquelle elle est assise en détruisant les ressources naturelles dont elle a absolument besoin. L’empoisonnement continu de notre environnement se retrouve aussi à notre table où nous mangeons les aliments contaminés par des pesticides. La seule solution consiste en une transition vers une agriculture écologique et sans pesticides. Des millions de paysans travaillant sans pesticides le prouvent chaque jour.

« Des modèles de production innovants et écologiques doivent remettre chaque personne au centre, » explique Marianne Künzle, chargée de la campagne agriculture de Greenpeace Suisse. « Il faut de la nourriture pour tous – sans polluer l’environnement, sans exposer les humains et les animaux à des produits chimiques et des animaux inutiles, sans monocultures intensives, sans pertes de biodiversité. Les paysans ne doivent pas simplement être des travailleurs agricoles, mais des spécialistes qui soignent les bases de notre existence et produisent des aliments sains. L’agriculture écologique protège la biodiversité au lieu de la détruire. Elle relie l’innovation scientifique et le savoir des paysans locaux. »

L’agriculture écologique est moderne, elle se base sur la relation entre vous et les paysans. Et sur la relation avec la nature. L’agriculture écologique réunit la science et l’innovation à la biodiversité. Elle contribue au développement des campagnes et assure la sécurité alimentaire. Les paysans bio respectent les cycles naturels, protègent nos ressources, les abeilles et d’autres pollinisateurs importants. Ils nous fournissent en outre des aliments sains et savoureux.

Le glyphosate est un autre pesticide hautement controversé. Il est soupçonné d’être cancérigène et perturbateur du système hormonal. Signez notre pétition « Interdire le glyphosate – maintenant! »

Retirons le contrôle sur notre alimentation aux groupes agrochimiques. Prenez part à la mobilisation planétaire pour des aliments sains et écologiques. Venez nous rencontrer sur www.jesaiscequejemange.org.

 

Rejoignez le mouvement sur www.iknowwhogrewit.org

Françoise Minarro est porte-parole Biodiversité & Toxiques pour Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp