La Police du climat s’est rendue hier à la foire OLMA de St-Gall, la Foire suisse de l’agriculture et de l’alimentation. Ses agents ne se sont pas contenté de goûter les spécialités locales, ils ont surtout visité le stand « Heizen mit Öl » (Chauffer au mazout). Il apparaît que le recours au mazout nuit au climat, car il pousse la Suisse à dépasser son budget carbone. La publicité pour le recours aux huiles minérales pour le chauffage s’apparente dès lors à un crime climatique.

Intervention de la Police du climat sur le stand du centre d'information de l'Union pétrolière, 14.10.2015, Foire OLMA, St-GallEn août dernier, un groupe de chercheurs renommés de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont présenté un plan pour une sortie progressive du mazout. Cet agent énergétique, dont la Suisse est particulièrement friand, pose problème car il participe au réchauffement climatique. Les experts de l’EPFZ insistent sur le fait qu’il faut d’urgence en faire beaucoup plus pour la protection du climat. Un signal d’alarme qui tranche avec la réserve observée habituellement par des scientifiques. Au regard de ces enseignements, Greenpeace estime qu’il est inacceptable de continuer de faire la promotion du mazout.

« Chauffer au mazout »: une publicité raffinée, mais mensongère

« De par ses efforts de promotion du mazout, l’Union pétrolière porte une lourde responsabilité », peut-on lire dans un communiqué publié par la Police du climat sur son site Internet. »En combinaison avec une installation de chauffage moderne et un bâtiment bien conçu énergétiquement, le mazout est judicieux, aussi du point de vue écologique. » C’est ce que prétend l’Union pétrolière dans sa publicité. De nombreux ménages continuent ainsi de remplacer leur chauffage au mazout par de nouvelles installations du même type, par ignorance ou car ils ont été mal conseillés. Ce faisant, ils deviennent dépendants des compagnies pétrolières pendant plusieurs décennies.

« Il existe pourtant de nombreuses alternatives », déclare Georg Klingler, expert des questions climatiques pour Greenpeace Suisse. « Les pompes à chaleur, approvisionnées par du courant électrique d’origine renouvelables ont un impact sur le climat 12 fois moins important que des chauffages au Mazout. Il nous faut renoncer rapidement au mazout et s’engager sur la voie du renouvelable, afin d’éviter la catastrophe climatique.

Mathias Schlegel est porte-parole Climat & Energie pour Greenpeace Suisse.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp