Le prix Greenpeace 2016 a été décerné au documentaire « Nature, nouvel eldorado de la finance ». La cérémonie officielle d’ouverture du 11e Festival du film Vert s’est déroulée samedi 5 mars au Palais de Beaulieu à Lausanne après la projection du film suivie d’un débat avec le réalisateur Denis Delestrac.

Greenpeace a choisi de primer le documentaire « Nature, nouvel eldorado de la finance » de Sandrine Feydel et Denis Delestrac, car il dévoile une problématique méconnue du public et en plein essor. Ce film met en lumière un mécanisme pervers d’une brûlante actualité: le marché des espèces en voie de disparition qui permet de générer du profit. La crise écologique devient ainsi une opportunité économique.

Les réalisateurs dénoncent avec humour l’émergence d’une nouvelle tendance. Ils  parviennent à expliquer une logique économique complexe, grâce à un décodage en images. De plus, ils posent des questions pertinentes et nous amènent à prendre de la distance sur nos façons d’agir envers l’environnement et les pays du Sud. « Il est trop facile de détruire la nature d’une main et d’acheter des certificats de biodiversité de l’autre pour se donner bonne conscience. Spéculer sur le dos de notre planète est une aberration» dénonce Françoise Debons Minarro, porte-parole de Greenpeace Suisse.

Le jury du Prix Tournesol a également récompensé « En quête de sens », un film relatant une véritable aventure humaine, produit grâce au financement participatif. Il est rafraîchissant, ouvert sur le monde, et traite de l’avenir avec optimisme, à condition toutefois que chacun effectue les changements nécessaires. Le jury a apprécié la diversité des thèmes traités, et a relevé le dynamisme du film. Après l’avoir visionné, nous aurons tous envie de changer nos comportements en nous remettant en question.


Françoise Debons-Minarro est porte-parole Biodiversité & Toxiques pour Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp