Jeudi 8 septembre 2016, à l’aube, une trentaine de militants Greenpeace ont recouvert de tissu noir le bâtiment de verre du siège de l’entreprise Axpo à Baden en Argovie. Cette action de protestation pacifique a pour but de dénoncer l’absence de transparence de l’entreprise en ce qui concerne la centrale nucléaire de Beznau.

 © Greenpeace / Ex-Press / Flurin BertschingerDans quel état est Beznau 1, le plus vieux réacteur du monde? C’est la question à laquelle Greenpeace aimerait avoir une réponse. La cuve de pression du réacteur, une pièce vitale pour la sécurité de l’installation est fragilisée par des décennies d’exposition à la radioactivité. Axpo refuse de rendre public un rapport contenant des informations détaillées sur cette usure. De la même manière, l’entreprise refuse de se montrer transparente au sujet de la découverte d’un millier de « points faibles » dans l’acier de la cuve de pression en 2015.

En cas d’accident à Beznau, c’est la population qui paierait les pots cassés. C’est pourquoi Greenpeace et une quarantaine d’organisations lancent un appel à Axpo, l’entreprise qui exploite la centrale nucléaire argovienne. Ils l’invitent à faire toute la lumière sur l’état de la centrale au cours d’une audition publique. Plus de 8’000 personnes soutiennent déjà cette demande.

Mathias Schlegel est porte-parole Climat & Energie de Greenpeace Suisse

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp