Du 14 au 16 octobre 2016 des agriculteurs, des scientifiques et des activistes du monde entier se sont rassemblés au Tribunal Monsanto à La Hague, aux Pays-Bas. Leur objectif? Dénoncer la multinationale de l’agroalimentaire pour crimes contre l’humanité, crimes contre l’environnement et écocide.

Bien que symbolique, ce procès a néanmoins été instruit par des experts de la justice internationale. En l’état actuel, le droit international ne permet pas de poursuivre une entreprise pour des crimes contre l’environnement. Avec un tel procès, les juges seront à même d’émettre des recommandations à la Cour pénale internationale avec l’espoir de faire évoluer le droit international, notamment en intégrant l’écocide aux crimes contre l’humanité.

« Ce procès n’est pas juridiquement contraignant, mais il n’en est pas moins juste et légitime, analyse Arnaud Apoteker, membre du Comité d’organisation du tribunal. Les témoins ont présenté de vrais cas à de vrais juges. Les éléments apportés lors de ce procès pourront être utilisés lors de poursuites judiciaires locales. »

Monsanto avait été invitée à participer à l’événement et à défendre sa position. L’entreprise a décliné l’invitation mais a publié une lettre ouverte le jour de l’ouverture du procès. Le Comité lui a répondu à son tour: « Aujourd’hui, Monsanto provisionne des sommes faramineuses pour faire face à des sanctions au civil. Ces condamnations sont peu connues, les sanctions financières représentent une goutte d’eau par rapport aux moyens provisionnés par la firme. Nous souhaitons, à travers ce tribunal, faire connaître la réalité des faits et il est dommage que Monsanto ne vienne pas apporter des éléments de contradiction malgré notre appel. »

L’un des trente témoins présents, Feliciano Ucam Poot, un paysan Maya du Mexique, a présenté des éléments visant à démontrer le lien entre le glyphosate (et d’autres produits chimiques) et certaines maladies de l’enfant. Il raconte: « Avant l’introduction du glyphosate et d’autres produits chimiques, nous ne souffrions pas de ces maladies […] Beaucoup de personnes souffrent comme nous, et ce Tribunal permettra de faire connaître notre histoire à travers le monde ». Les juges étudieront ces allégations, en examineront les preuves et rendront leurs conclusions publiques en décembre.

En parallèle du Tribunal se tenait également une Assemblée des Peuples, où des citoyens du monde entier ont discuté des alternatives possibles à l’agriculture industrielle. Comme l’ont rappelé de nombreux témoins, l’un des plus grands défis auxquels ils doivent faire face est de se faire entendre. Cette Assemblée a ainsi offert aux communautés un espace essentiel pour s’exprimer et trouver des solutions à leurs problèmes communs.

Les récits et les inquiétudes rapportés par des personnes comme Feliciano font écho à des millions de voix à travers le monde, des apiculteurs du Mexique aux petits producteurs français en passant par des paysans en Inde.

Ces problèmes ne concernent pas que les paysans et les écologistes – ils nous concernent tous. Nous pouvons faire des choix: en tant que citoyens et consommateurs, nous pouvons tous prendre des décisions qui seront déterminantes pour notre avenir.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp