L’industrie nucléaire suisse estime à CHF 22,8 milliards les coûts de l’arrêt et du démantèlement des centrales nucléaires et de leurs sites contaminés. Cela représente 10% de plus que la dernière estimation datant d’il y a 5 ans. Cette nouvelle augmentation au regard de l’histoire n’est guère surprenante – mais les coûts évalués restent encore trop bas.

« L’industrie nucléaire n’a rien appris du passé, » dénonce Stefan Füglister, spécialiste du nucléaire pour Greenpeace Suisse, en prenant connaissance de la nouvelle estimation des coûts publiée par swissnuclear. L’histoire nous montre pourtant combien la Confédération et l’industrie électrique se sont trompées dans l’estimation des coûts de l’arrêt des centrales nucléaires suisses et de l’élimination des déchets radioactifs. Les coûts estimés pour la première fois en 1992 ont plus que quadruplé depuis.

Avant 2060, il n’y aura pas de site de stockage définitif de déchets hautement radioactifs (dans les années 1970, on parlait de l’an 2000) et chaque retard dans la mise en service de ce site – et il faut s’y attendre – coûte CHF 2 millions par semaine. Au moins. C’est le calcul qu’a fait Marcos Buser, spécialiste des sites de stockage, dans un rapport mandaté par Greenpeace Suisse (en allemand). Il faut encore compter sur d’autres « surprises » en lien avec les frais consécutifs à la production d’énergie nucléaire.

« L’industrie nucléaire a promis aux générations futures de supprimer les sites contaminés radioactifs. Cette promesse n’a pas été tenue. Compte tenu de la mauvaise santé économique des producteurs d’électricité, le risque est élevé que le principe de causalité prévu par la loi ne soit qu’une triste farce, » critique Stefan Füglister. Greenpeace Suisse considère que cela montre bien combien il est déraisonnable de continuer le programme nucléaire sans échéance. Il est grand temps de cesser d’investir dans de dispendieux rééquipements et de cesser de produire des déchets radioactifs pour engager tous les moyens et toutes les forces disponibles dans la résolution du problème des déchets radioactifs pour passer rapidement à la transition énergétique.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp