Nous vivons une époque instable, marquée par de nombreux bouleversements à l’échelle mondiale. Les actions menées par Greenpeace en 2016 en faveur de l’environnement et de la planète sont pourtant autant de signes d’espoir.

Grâce à notre dimension internationale et à des collaborations avec d’autres organisation de protection de la nature ainsi qu’avec les populations locales, plusieurs de nos campagnes mondiales ont porté leurs fruits en 2016. La campagne « Detox Outdoor » a débouché sur une interdiction des polluants les plus nocifs utilisés dans l’industrie du vêtement imperméable. Les textiles Gore-Tex seront désormais fabriqués sans PFC.

Au Brésil, nous avons réussi à stopper la construction d’un gigantesque barrage qui menaçait les ressources vitales d’une communauté indigène et l’ensemble de l’écosystème régional. En Suisse, malgré le soutien de poids apporté par Greenpeace, l’initiative pour une sortie programmée de l’énergie nucléaire n’a malheureusement pas été acceptée. Le fait qu’elle ait recueilli 46% des suffrages n’en reste pas moins un message clair pour les exploitants des centrales. Greenpeace a en outre aidé quelques 530 aînées à intenter une action en justice contre la Confédération suisse pour protection insuffisante du climat.

Les fortes variations de température mettent en danger la santé des seniors, qui s’inquiètent également pour celle de leur descendance. Ici comme ailleurs, de tels engagements redonnent espoir.
En ce qui concerne les dons, l’évolution à long terme est positive. En 2016, Greenpeace a reçu 24,9 millions de francs suisses, une somme qui comprend les contributions de plusieurs gros donateurs et fondations. L’an dernier, 145'000 personnes ont choisi de s’engager pour la protection de l’environnement aux côtés de Greenpeace. Leur générosité nous permet de préserver notre indépendance vis-à- vis des gouvernements, partis et groupes d’intérêts économiques.

Nous remercions tous les bénévoles, collaboratrices et collaborateurs, donatrices et donateurs sans le soutien desquels nous n’aurions pas pu réaliser tout cela.

Consultez notre rapport annuel 2016 pour en apprendre davantage sur nos campagnes nationales et internationales, les êtres humains qui composent Greenpeace, notre bilan
chiffré et bien d’autre sujets.