Essity, le deuxième plus grand fabricant de produits hygiéniques en papier au monde, porte une part de responsabilité dans la destruction des forêts boréales. En Suisse, l’entreprise possède plusieurs marques bien connues des consommateurs, dont les mouchoirs en papier Tempo.

De nouvelles investigations menées par Greenpeace International révèlent qu’Essity, le deuxième plus grand fabricant de produits hygiéniques en papier au monde, porte une part importante de responsabilité dans la destruction de vastes parcelles de forêts boréales en Suède, en Finlande et en Russie.

Essity possède notamment les produits Tempo, mais également bon nombre d’autres marques de produits hygiéniques en papier, bien connues des consommateurs suisses. Le rapport «How Europe’s Tissue Giant Is Wiping Away The Boreal», produit par Greenpeace International, décrit la façon dont Essity s’approvisionne auprès de sociétés forestières qui n’hésitent pas à anéantir des paysages forestiers de grande valeur au sein des forêts boréales du Grand Nord.

Destruction d’un écosystème clef
L’exemple de la Suède est particulièrement édifiant. Essity y achète de la pâte à papier auprès de SCA. Jusqu’en juin 2017, les deux entreprises en formaient encore une seule. SCA prélève des arbres dans des forêts boréales identifiées par l’Agence suédoise de protection de l’environnement et l’Agence forestière suédoise comme ayant une grande valeur écologique. Ces zones abritent aussi des espèces menacées. En parallèle, SCA replante une espèce invasive de pin qui met en péril le mode de vie du peuple Sami. Des problèmes similaires se retrouvent dans l’activité des fournisseurs russes et finlandais d’Essity.

Les forêts boréales représentent près d’un tiers des surface forestières de la planète et jouent un rôle-clé dans la protection de la biodiversité et du climat sur Terre. Moins de 3% de ces forêts bénéficient d’une protection. Il s’agit pourtant d’un puit de carbone d’une importance fondamentale dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Essity doit prendre ses responsabilités
“Comment peut-on accepter que des forêts d’une telle valeur soient détruites pour la mise sur le marché de produits hygiéniques jetables? », s’interroge Claudine Gubelmann-Largo, chargée de campagne Forêts pour Greenpeace Suisse. « Essity est un géant dans son secteur d’activité. En tant que tel, l’entreprise doit faire preuve de leadership dans la lutte urgente pour la sauvegarde des forêts boréales. »

“Si Essity veut maintenir sa réputation, elle doit agir pour assainir sa chaîne d’approvisionnement”, conclut Claudine Gubelmann-Largo. Greenpeace appelle Essity à cesser toute relation avec des fournisseurs impliqués dans la destruction de paysages forestiers de grandes valeurs au sein des forêts boréales. L’entreprise doit assumer son devoir de transparence et s’assurer qu’à chaque étape de production les matières premières soient traçables. Enfin, elle doit s’assurer que ses fournisseurs respectent les droits des populations autochtones et publient les cartes de leurs abattages.


Le rapport How Europe’s Tissue Giant Is Wiping Away The Boreal:

Version complète en anglais

Le résumé en français

Plus d’informations:
Mathias Schlegel, porte-parole de Greenpeace Suisse, 079 794 61 23, mathias.schlegel@greenpeace.org