Deux militants Greenpeace ont comparu aujourd’hui devant le Tribunal d’arrondissement de Zurzach pour avoir participé à l’action menée à la centrale nucléaire de Beznau en mars 2014. Les deux personnes ont été acquittées des principaux chefs d’accusation. Greenpeace Suisse se réjouit de cette décision et remercie les militants pour leur engagement en faveur de la sécurité de la population suisse. Cette action s’est par la suite avérée encore plus importante que ce qui avait été envisagé initialement.

Le 5 mars 2014, près de 100 militants Greenpeace ont protesté contre la poursuite de l’exploitation de la vieille centrale nucléaire de Beznau. Plus de 60 d’entre eux ont pénétré sur le terrain de la centrale en utilisant des échelles et ont attiré l’attention de façon spectaculaire sur les risques que constitue le maintien de l’exploitation du plus vieux réacteur nucléaire encore en service dans le monde. Le réacteur Beznau 1 est arrêté depuis plus de 1000 jours à cause de graves lacunes de sécurité.

L’action fait suite à un rapport explosif établi par Dieter Majer, l’ancien directeur technique de l’instance allemande de sécurité nucléaire. Ce spécialiste arrive à des conclusions absolument claires selon lesquelles les deux réacteurs de Beznau doivent être immédiatement arrêtés, il en va de même de la centrale nucléaire de Mühleberg.

Un avertissement prémonitoire
L’avertissement lancé par les militants Greenpeace était nécessaire pour réveiller la population et les décideurs sur l’état de la centrale de Beznau. Une année après l’action, la nécessité d’arrêter le plus vieux réacteur nucléaire du monde a été confirmée par la découverte de près de 1000 défauts dans la cuve de pression du réacteur Beznau 1. Un affaiblissement de la centrale qui s’ajoute aux lacunes déjà constatées par Dieter Majer. Aujourd’hui, plus de deux ans après la découverte des défauts matériels, le réacteur est toujours à l’arrêt. « Les militants se sont engagées de façon courageuse et prémonitoire pour la sécurité de la population » commente Florian Kasser, expert des questions liées au nucléaire pour Greenpeace Suisse.

Un engagement courageux
Les deux militants qui ont gravi le bâtiment du réacteur pendant l’action se retrouvaient aujourd’hui devant le tribunal d’arrondissement de Zurzach. Ils ont été acquittés des charges principales retenues contre eux (infraction à la Loi sur l’énergie nucléaire, déprédation). Florian Kasser est satisfait du verdict : « Les militants se sont engagés pour la sécurité de la population. Leur acquittement est une juste conclusion pour cet engagement courageux. »

Plus d’informations :
Florian Kasser, spécialiste nucléaire Greenpeace Suisse, 076 345 26 55, florian.kasser@greenpeace.org