Des militants Greenpeace ont produit une gigantesque image sur la place de la Cathédrale à Bâle (Münsterplatz) en utilisant uniquement de la sciure de bois. L’image montre une représentation du célèbre tableau de Ferdinand Hodler, Der Holzfäller (Le bûcheron). Sous la sciure, les militants ont révélés leur message: « Tempo: Stop Wiping Away Forests ». Avec cette action autorisée, les militants exigent d’Essity, le géant du secteur des produits hygiénique, et de sa marque de mouchoirs Tempo qu’ils cessent d’utiliser des matière premières tirées des forêts boréales particulièrement dignes de protection.

 

 

Tôt le matin, une vingtaine de militants ont commencé à réaliser une image gigantesque, de près de 300 mètres carrés, en utilisant uniquement de la sciure de bois, sur la place de la Cathédrale à Bâle (Münsterplatz). Vers la mi-journée, l’image était terminée. Elle reprend le célèbre tableau de Ferdinand Hodler, Der Holzfäller (Le bûcheron), à la seule différence que le personnage central utilise une tronçonneuse au lieu d’une hache. Les militants ont ensuite balayé une partie de la sciure pour révéler leur message. Ils entendaient ainsi dénoncer le fait que des forêts boréales à haute valeur écologique sont défrichées pour la production des mouchoirs Tempo. Ce qui a des effets funestes sur la biodiversité et le climat. Le slogan dévoilé par les militants est « Stop Wiping Away Forests ». Il est accompagné du logo de la marque Tempo.

Détruire des forêts pour des produits à usage unique
Greenpeace dénonce le groupe Essity, propriétaire de Tempo et de nombreuses autres célèbres marques de produits hygiénique en papier comme Zewa, Tork ou Plenty. L’entreprise suédoise est le plus gros acteur de son secteur en Europe. « Essity doit mettre de l’ordre dans sa chaîne de production », déclare Claudine Gubelmann-Largo, en charge des campagnes forêts pour Greenpeace Suisse. « Il est inacceptable de voir disparaître des forêts boréales importantes pour l’environnement pour la fabrication de produits qui finiront dans la poubelle ou dans les toilettes après un seul usage. » Les critiques de Greenpeace envers Essity sont détaillées dans le rapport « How Europe’s Tissue Giant Is Wiping Away The Boreal », rendu public en Suisse le 4 octobre 2017.

Des forêts importantes pour le climat
« Protéger les forêts c’est protéger le climat », ajoute Claudine Gubelmann-Largo. Les forêts mises en péril par les fournisseurs d’Essity constituent un des puits carbones les plus important pour le maintien de la stabilité du climat à l’échelle de la planète. Elles sont aussi l’espace vital de nombreuses espèces animales et végétales. Le fait que les forêts défrichées sont généralement replantées ne change rien au problème. « Les forêts secondaires ne permettent pas de stocker une quantité de carbone équivalente à celle des forêts primaires. Et encore, il faut attendre des décennies avant que ce stockage devienne significatif. » Les forêts plantées réduisent également la biodiversité. « On peut replanter des arbres, mais pas la biodiversité ».

L’image restera visible jusqu’à 16h30 environ. La sciure utilisée est un déchet d’une scierie qui a été colorisée avec des produits naturels. Une partie de cette sciure sera mise à la disposition d’un éleveur de moutons, le reste sera composté ou utilisé dans un incinérateur de déchets.

Retrouvez les photos de l’action 

Le rapport How Europe’s Tissue Giant Is Wiping Away The Boreal:
Version complète en anglais

Le résumé en français

Une pétition adressée à Essity est en ligne:
act.gp/boreale

Plus d’informations:
Mathias Schlegel, porte-parole de Greenpeace Suisse, 079 794 61 23, mathias.schlegel@greenpeace.org