Le monde vu d’en haut

« D’EN HAUT » vous emmène dans les endroits les plus beaux et en même temps les plus menacés du monde – et vous permet de voir notre planète d’un point de vue complètement différent. Voici les photos et les histoires du calendrier de Greenpeace 2019.

 

Expédition Arctique, 2011

Deux chercheurs examinent l’épaisseur de la glace dans l’Arctique. Ils font partie d’une expédition du navire Arctic Sunrise de Greenpeace, qui étudie les effets du réchauffement climatique dans la région autour du pôle Nord. En effet, l’Arctique est la région du monde où les températures augmentent le plus rapidement.

Grande image: le phénomène du «finger rafting» en Arctique. Il se produit lorsque le vent rassemble de minces couches de glace.

Expédition Antarctique, 2018

Greenpeace recueille des données en Antarctique et prélève des échantillons de plastique dans les couches de neige de la mer de Weddell adjacente. L’objectif de notre campagne est de créer une aire protégée de 1,8 million de km² dans la région du pôle Sud.

Grande image: des manchots Adélie en Antarctique. Ces excellents plongeurs se nourrissent principalement de krill, ces crevettes minuscules victimes de la surpêche.

Manifestation contre une plate-forme de forage en Louisiane, 2010

Un biologiste marin de Greenpeace et une militante s’engagent contre les plate-formes de forage sur la côte du South Pass. On trouve du pétrole brut qui a été rejeté jusqu’à la côte après l’explosion de la plate-forme pétrolière de Deepwater Horizon le 20 avril 2010. Au total, 780 millions de litres ont été déversés dans la mer.

Grande image: une nappe de pétrole brut dans le golfe du Mexique. La pollution causée par le déversement de pétrole a un effet catastrophique sur la flore et la faune marine et sur les activités économiques qui en dépendent.

Tour du bassin du Congo en bateau, 2017

La forêt du bassin du Congo joue un rôle fondamental dans la régulation du climat. Son déboisement met en danger la nature, les hommes et le climat. Le navire Esperanza de Greenpeace fait escale au Congo dans le cadre de sa tournée en Afrique centrale pour documenter l’abattage de bois perpétré par la trentaine de sociétés forestières internationales actives dans la région.

Grande image: un radeau flotte dans la forêt du bassin du Congo. C’est l’une des plus grandes forêts tropicales de la planète.

Protestation contre une installation de forage à Adélaïde, 2018

Des membres de Greenpeace protestent à Adélaïde contre le projet de forage de Statoil dans la Grande Baie australienne. La baie est l’une des dernières grandes réserves de gaz naturel. Elle est également un lieu de naissance et d’alimentation important pour les baleines, qui est gravement menacé par le forage pétrolier.

Grande image: la Grande Baie australienne. 85% de la vie marine qu’on y trouve n’existe dans aucune autre eau du monde.

Protestation contre le barrage Belo Monte à Brasília, 2010

Des militants de Greenpeace protestent le 20 avril 2010 contre la construction du barrage hydroélectrique de Belo Monte au Brésil. Entre-temps, Belo Monte a été construit, détruisant l’habitat des population autochtones et les écosystèmes de l’Amazonie.

Grande image: le Rio Tapajós au Brésil. L’affluent de l’Amazone a également été menacé par une centrale hydroélectrique et sa construction a été empêchée en 2016, entre autres grâce au travail de Greenpeace.

Excursion en bateau à Pomio, 2011

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, le gouvernement enlève des terres aux propriétaires légitimes. Elle loue illégalement une grande partie de la forêt restante à des sociétés transnationales. L’équipage du navire Esperanza de Greenpeace et les agriculteurs locaux protestent contre le vol des terres et le déboisement.

Grande image: les forêts de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont parmi les trois plus grandes et les plus diversifiées du monde.

Réunion de village à Mngeta, 2015

Greenpeace rencontre en Tanzanie la population vivant autour de la plantation de riz de 5000 hectares de la société tanzanienne KPL. Les agriculteurs locaux collaborent dans une sorte de modèle de sous-traitance avec la KPL. Depuis, de nombreux habitants se sont retrouvés dans une situation financière plus difficile qu’auparavant.

Grande image: la Tanzanie, un pays avec un grand potentiel pour la culture du riz.

Collecte de données en Amazonie, 2018

L’Esperanza, navire de la flotte de Greenpeace, entre dans l’Amazone au Brésil pour recueillir des données scientifiques sur le récif corallien. Il s’agit de l’un des plus grands du monde avec une longueur de 970 km et une superficie d’environ 9500 km². Les compagnies pétrolières internationales veulent forer dans la région, ce qui est dangereux pour l’écosystème.

Grande image: l’Amazone au Brésil. Le long des 6992 km de ce fleuve vivent d’innombrables populations autochtones, dont l’habitat est menacé par l’exploitation pétrolière.

Action à Barrios de Luna, 2017

La région de Castille-et-Léon en Espagne est marquée par une période de sécheresse, qui s’explique par la mauvaise gestion de l’eau. Des militants Greenpeace attirent l’attention sur la situation avec une bannière de 1500 m² sur le pont du réservoir Barrio de Luna.

Grande image: le Parc national de Doñana en Andalousie. Outre cette réserve naturelle, de nombreuses autres régions sont touchées par la sécheresse.

Recherches au Groenland, 2009

L’Arctic Sunrise de Greenpeace et son équipage sont au Groenland pour démontrer l’impact du réchauffement climatique sur les glaciers Petermann et Humboldt. Des échantillons prélevés sur d’autres glaciers du Groenland montrent des traces de plomb et de cadmium, qui accélèrent la fonte des glaciers.

Grande image: une banquise au Groenland. La cryoconite noire (de la poussière minérale et de la suie) absorbe la chaleur et fait fondre la glace au Groenland plus rapidement.

Récolte de données dans l’océan Arctique, 2012

Greenpeace mesure les couches de glace de l’océan Arctique pour attirer l’attention sur les conséquences du réchauffement climatique dans la région du pôle Nord. Depuis le début des mesures en 1979, la banquise est aujourd’hui au niveau le plus mince jamais atteint. Sans protection du climat, il y aura des étés sans glace dans l’Arctique au cours de la prochaine décennie.

Grande image: des champs de glace dans l’Arctique. La région arctique est un organe vital pour la planète, car elle refroidit l’atmosphère terrestre et régule le système météorologique.

 

Piero Good est un artiste et photographe indépendant. La nature et l’environnement jouent un rôle central dans ses projets artistiques. Son intérêt réside dans la compréhension des circonstances données afin de pouvoir enfin interagir. Il est co-fondateur du magazine de photographie Pirlo.
Danielle Müller a étudié le journalisme et la communication d’entreprise à Berlin et s’intéresse actuellement à Greenpeace. La Bâloise de 27 ans est toujours sur la selle de son vélo de course et ne dit jamais non à un bon documentaire environnemental sur Netflix.