Pétition plastique


Stop Overdressing

Dites non au plastique à usage unique!


Si vous êtes ici, c’est que les emballages inutiles vous énervent autant que nous. Ils constituent un tiers de nos déchets. La responsabilité en incombe aux détaillants. Surtout aux deux géants Migros et Coop, qui parlent beaucoup de développement durable. C’est pourquoi nous voulions savoir comment ils contribuent concrètement à l’évitement des déchets. Le résultat de notre enquête: rien de mesurable.

Maintenant, nous avons besoin de vous, car ils écoutent les clients comme vous. Coop a déjà promis, sous la pression de sa clientèle, de libérer les légumes bio du plastique. Mais si nous voulons atteindre un vrai progrès, il faut que Migros suive cette ligne. Et les deux doivent encore supprimer bien plus d’emballages inutiles.

Votre voix sera encore plus forte si vous l’élevez avec de nombreux autres. Pour cela, nous vous proposons la lettre ci-dessous, que vous pouvez adresser au détaillant de votre choix. Vous pouvez l’envoyer d’un seul clic.

Générateur d'E-mail


Envoyez un courriel personnel au détaillant de votre choix.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Votre texte d'E-mail



Des raisons d'espérer

Pourquoi ces dix raisons?


Des pays bannissent la production de pétrole ! Des communes agissent pour que l’air soit propre ! Nous sommes au début d’un changement de paradigme dans la production d’énergie. Le coeur des villes de demain sera plein de personnes, pas de voitures !

Un monde après le pétrole se rapproche de jour en jour ! Des communes saines qui protègent leurs habitants – et notre climat – deviennent réalité. Les communautés autochtones gagnent des actions en justice pour protéger leurs terres et leurs sols contre le pétrole. Notre tâche est d’accélérer la transition qui nous permettra de quitter le pétrole – et d’assurer que c’est équitable.

Dans une incroyable démonstration de coopération internationale, les négociations de l’ONU ont commencé sur la mise en place d’un Traité international de protection des océans ! Les connaissances scientifiques nous disent que nous devons protéger au moins 30% de nos océans d’ici 2030.

Cette année, nous avons la possibilité de créer la plus grande zone protégée de la planète – le Sanctuaire de l’Antarctique. Si nous protégeons les océans par un large réseau de sanctuaires, nous aiderons la vie marine à prospérer.  Et une vie marine prospère peut contribuer à ralentir le changement climatique en absorbant et en stockant le carbone de l’air !

Alors que l’échéance de zéro déforestation s’approche, nous avons une opportunité significative d’augmenter la pression pour assurer vraiment la protection des forêts. En Amazonie brésilienne, la déforestation a diminué de 70% grâce aux pressions du public durant les 15 dernières années, et même si ce n’est pas encore suffisant, nous approchons du zéro déforestation.

Pour lutter contre le changement climatique, l’agro-industrie doit être tenue de respecter son engagement pour la fin de la déforestation et plus de gouvernements doivent s’engager dans la renaturation de millions d’hectares de forêts et de milieux humides. Nous pouvons et devons réorienter le comportement industriel et assurer que les droits des populations autochtones ne soient pas seulement respectés, mais deviennent une pierre d’angle protégée de la bonne gestion forestière.

Le cout des énergies renouvelables baisse si rapidement que le vent et le soleil sont devenus moins chers que les nouvelles centrales au charbon sur la plus grande partie de la planète. Les énergies renouvelables sont un choix économique et la transition vers les énergies propres avance à grands pas.

Si nous maintenons un tel taux de croissance en assurant que nos entreprises et nos gouvernements soutiennent les énergies propres, le solaire peut devenir la principale source d’énergie et couvrir la moitié de nos besoins dans 30 ans. C’est l’avenir !

Renoncer au charbon, la principale source d’émissions, était inimaginable. Mais de grandes puissances économiques comme les USA, le Canada et la Corée du Sud ont décidé de renoncer au charbon et des projets de centrales ont été supprimés en Asie et aux USA. Les investisseurs tournent le dos au charbon !

C’est le début de la fin du charbon. D’ici 2030, plus de 25 Etats, provinces et villes auront renoncé au charbon ou établi un agenda pour le faire. Nous pouvons accélérer cette tendance en refusant d’accepter ou de financer de nouvelles centrales au charbon et en accélérant la sortie du charbon d’une manière qui tienne compte des travailleurs.

Des communautés poursuivent des gouvernements et des entreprises pour leur rôle dans l’origine de la crise climatique et les appellent avec insistance à reconnaitre devant la cour les dommages qu’elles provoquent – et ces groupes et ces personnes commencent à gagner !

L’histoire nous apprend qu’il faut en moyenne 3.5% d’une population pour réaliser un mouvement social victorieux et gagner. Soyez sûr de faire partie des 3.5% qui demanderont des comptes aux intérêts liés aux combustibles fossiles. C’est le bon moment !

Interdire les véhicules qui fonctionnent au pétrole ? Qui l’aurait pensé ? C’est pourtant en train de devenir une réalité dans de nombreux pays alors que les revendications pour de l’air propre s’intensifient. La fin du moteur à combustion est en vue !

 

La plupart (73%) des émissions liées aux transports viennent de courts trajets qui provoquent des embouteillages, polluent l’air et salissent les villes. Si nous faisons pression sur les dirigeants de nos villes et les fabricants de voitures pour concevoir des transports propres et des villes vivables pour les piétons et les cyclistes, nous pourrions mettre fin aux ventes de voitures ayant des moteurs à explosion en une décennie.

La consommation de viande rouge est en déclin et de plus en plus de gens adoptent une alimentation avec peu de viande et beaucoup de plantes, qui est plus favorable à la santé humaine et à celle de la planète.

Les émissions de gaz à effet de serre de l’alimentation peuvent être réduites jusqu’à 64% d’ici 2050 si nous adoptons une alimentation riche en fruits et légumes et pauvre en viande.

Les Etats et les organisations internationales écoutent de plus en plus les populations autochtones qui s’opposent à des projets polluants et tiennent compte de leurs savoirs ancestraux. Cela nous aide à mieux comprendre les changements climatiques et à y faire face.

Il y a environ 370 millions de personnes autochtones dans 90 pays, elles sont toutes sur le front contre les changements climatiques. En tant que gardiennes de la biodiversité mondiale, elles accordent une grande attention aux changements que d’autres ne verraient pas et s’adaptent rapidement à ce changement. Il faut accorder une plus grande attention à cette perspicacité environnementale.

La prise de conscience du public et les pressions sur les entreprises et les gouvernements ont permis de créer une dynamique planétaire pour interdire le plastique jetable. C’est un premier pas pour interrompre le flux de plastique nos écosystèmes et commencer à défier la culture du jetable.

Environ 8.3 milliards de tonnes de plastique ont été produites depuis les années 1950 – soit environ le poids d’un milliard d’éléphants. Ces deux dernières années, les interdictions du plastique à usage unique ont très fortement augmenté. Il y a toutefois encore un long chemin à faire jusqu’à l’entrée en vigueur avant d’atteindre des objectifs de réduction crédibles et d’interdiction du plastique à usage unique pour atteindre une nouvelle normalité : un avenir sans plastique.

Campagnes mondiales sur le climat


Avec ces campagnes, l’espoir d’aujourd’hui devient la réalité de demain.


Canicule


Atlas de l'alimentation végétale