Caroline Gürber est née en 1967 à Zurich et a grandi à Oerlikon.

Une famille de trois enfants, dans un appartement de trois pièces. On mange ce qui pousse dans le jardin de famille, où les enfants sont fréquemment mis à contribution pour aider. Après la corvée, manger toujours les mêmes légumes de saison n’était pas forcément apprécié par la jeune génération. Entre temps, Caroline Gürber a totalement changé d’avis sur ce point!

Au gymnase, dans les années 80, elle est politisée par ses camarades d’école et le personnel enseignant, mais aussi par la situation mouvementée de cette période. Fille de grutier, elle fait d’ailleurs partie d’une petite minorité parmi les élèves du gymnase. C’est dans cette phase qu’elle développe son engagement pour le vivre ensemble et pour des conditions de travail bonnes et équitables, et qu’elle acquiert sa sensibilité particulière aux minorités et aux rapports de pouvoir.

Après la maturité, Caroline Gürber doit d’abord gagner de l’argent pour financer les voyages et les séjours linguistiques qu’elle prévoit dans des pays européens. Divers emplois intérimaires lui permettent ensuite de faire des études de psychologie et de gestion d’entreprise à l’université de Zurich. Ces expériences professionnelles ne sont pas de simples jobs, mais plutôt des étapes importantes pour faire le lien entre la théorie et la pratique. C’est aussi l’occasion d’accéder et de participer à divers secteurs, domaines de travail et cultures de direction et d’organisation.

En 2004, Caroline Gürber fait un remplacement pour un congé maternité à l’agence de placement jobtv medienwerkstatt, dont elle deviendra la co-directrice, avant de reprendre la direction des ressources humaines chez Greenpeace en 2011. Hormis un bref intermède dans le Toggenburg, elle vit dans le quartier zurichois Kreis 4 depuis plus de 25 ans, dans une coopérative immobilière dont la cour intérieure abrite les plus beaux hêtres de la ville, illuminant le cœur des habitants et la vie communautaire.