L’exploitant de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima a reconnu que la fusion du coeur du réacteur 1 avait déjà commencé moins de 6 heures après le tremblement de terre. Selon un rapport mis à jour, le jour du séisme, les barres de combustible avaient déjà atteint près de 2800°C ; elles ont fondu durant les 10 heures suivantes et se sont écoulées sur le fonds de la cuve de pression du réacteur.Depuis lors, de la radioactivité se répand depuis le fond de la cuve du réacteur dans l’enceinte de confinement vers le sol et la mer. TEPCO a reconnu dimanche que les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima avaient failli immédiatement après le séisme et le tsunami qui l’a suivi. Les barres de combustible ont été hors d’eau en quelques heures et ont commencé à fondre; elles étaient complètement détruites seize heures après le tsunami.

L’exploitant de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima a reconnu que la fusion du coeur du réacteur 1 avait déjà commencé moins de 6 heures après le tremblement de terre. Selon un rapport mis à jour, le jour du séisme, les barres de combustible avaient déjà atteint près de 2800°C ; elles ont fondu durant les 10 heures suivantes et se sont écoulées sur le fonds de la cuve de pression du réacteur.

Depuis lors, de la radioactivité se répand depuis le fond de la cuve du réacteur dans l’enceinte de confinement vers le sol et la mer. TEPCO a reconnu dimanche que les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima avaient failli immédiatement après le séisme et le tsunami qui l’a suivi. Les barres de combustible ont été hors d’eau en quelques heures et ont commencé à fondre; elles étaient complètement détruites seize heures après le tsunami.

Les températures extrêmes ont complètement détruit le fond de la cuve de pression. Le niveau de l’eau n’y augmente pas, malgré les déversements d’eau continuels. TEPCO reconnaît que cela indique des fuites dans le fond de la cuve du réacteur, mais « seulement de façon limitée »… TEPCO a déclaré que la fusion précoce du coeur du réacteur n’auvait été « découverte » qu’après la remise en service des instruments de mesure. La même opération est actuellement tentée sur les réacteurs 2 et 3.

Greenpeace critique le fait que TEPCO ait eu besoin de deux mois pour informer le public de la fusion du coeur et craint que l’exploitant et le gouvernement continuent de minimiser la gravité de la situation à Fukushima.

Chronologie des événements

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp