Aujourd’hui onze militants Greenpeace, dont deux Suisses, ont comparu devant la Cour de Copenhague. En décembre 2009, ils avaient protesté pacifiquement en déployant une banderole au Palais Royal, lors de la Conférence de Copenhague sur le climat: « Politicians talk, Leaders act » (les politiciens parlent, les décideurs agissent).

Aujourd’hui onze militants Greenpeace, dont deux Suisses, ont comparu devant la Cour de Copenhague. En décembre 2009, ils avaient protesté pacifiquement en déployant une banderole au Palais Royal, lors de la Conférence de Copenhague sur le climat: « Politicians talk, Leaders act » (les politiciens parlent, les décideurs agissent).

Ils ont clamé leur innocence. Les peines de prison encourues pourraient aller de plusieurs mois à deux ans. A la fin de cette journée, il n’y avait pas encore de peine requise.

Les manifestants n’ont pas eu de comportement violent. Ils ont juste voulu signaler aux dirigeants de ce monde qu’il est encore temps d’agir pour empêcher le réchauffement climatique et ses effets désastreux. Les militants ont déjà subi 20 jours de détention durant la période des fêtes de Noël. Le fait qu’ils ont agi dans le voisinage de la Reine pourrait aggraver leur cas. Un paragraphe d’une loi vieille de cent ans pourrait être utilisé envers eux. La procédure pénale aura lieu le 19 août.

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp