La rivière Tapajós, au cœur de la forêt amazonienne, abrite une biodiversité exceptionnelle. Mais la construction d’un méga-barrage pourrait mettre en péril ce paradis terrestre et le mode de vie des communautés autochtones.


"Faisons barrage au barrage: sauvons la rivière Tapajós" ©Greenpeace/Nascimento
« Faisons barrage au barrage: sauvons la rivière Tapajós » ©Greenpeace/Nascimento

Au moment où vous lisez ces lignes, la rivière Tapajós coule paisiblement dans la forêt tropicale amazonienne, au Brésil. Grâce à elle, la vie foisonne: des dauphins roses s’ébattent, des oiseaux tropicaux volent de branche et branche et des mammifères comme le jaguar, le tamanoir ou encore l’ocelot vaquent à leurs occupations le long des rives.

Le peuple Munduruku, qui vit dans cette région depuis des centaines d’années, tire ses moyens de subsistance de cette rivière et de son écosystème. Le mode de vie ancestral de cette communauté est aujourd’hui menacé par une quarantaine de projets de construction de barrages le long de la rivière, portés par le gouvernement brésilien.

La plus grande infrastructure à l’étude, le barrage de São Luiz do Tapajós, s’étendrait sur 7,6 km et nécessiterait un lac de retenu de la taille de New York (729 km2), dont l’aménagement inonderait des lacs, des formations rocheuses, des îles et d’autres habitats essentiels à la biodiversité, ainsi qu’une partie des terres ancestrales du peuple Munduruku.

Ce week-end, des militants de Greenpeace Brésil ont apporté leur soutien au peuple Munduruku pour demander l’abandon du projet de São Luiz do Tapajós. Avec des membres de la communauté, ils ont déployé une banderole aux abords de la rivière pour adresser un message clair au gouvernement brésilien: « Faisons barrage au barrage: sauvons la rivière Tapajós ».

« Nous nous opposons à la construction de ce barrage parce que nos vies sont en jeu: nos ressources dépendent de la rivière et de la forêt, et ces terres nous appartiennent. Si ce projet voit le jour, nous ne pourrons plus pêcher, ni nous déplacer. Nos modes de vie disparaîtront. » a déclaré Juarez Saw Munduruku, dirigeant de la communauté indigène Sawre Muybu.

Le peuple Munduruku, qui lutte contre l’aménagement de ces barrages depuis des décennies, n’a pas eu voix au chapitre concernant ce projet de barrage. Derrière ces méga-projets se cachent les intérêts politiques des dirigeants et les profits économiques d’une poignée d’entreprises, qui alimentent le cercle vicieux de la corruption et du détournement de l’argent public au Brésil. D’autres barrages édifiés dans la forêt amazonienne, comme celui de Belo Monte, sont actuellement au cœur d’une enquête sur la corruption au Brésil.

D’autres sources d’énergie propres et équitables, telles que l’énergie éolienne ou solaire, peuvent répondre aux besoins de tous les Brésiliens sans anéantir la biodiversité et les modes de vie des populations indigènes. L’avenir énergétique du Brésil réside dans les énergies renouvelables, et non dans les projets de méga-barrages hydroélectriques.

C’est pourquoi Greenpeace compte engager toute son énergie pour faire barrage à ce grand projet inutile dans les mois qui viennent, avec votre soutien.

Pétition en ligne sur le site de Greenpeace Brésil (en portugais)