Hier, 6’000 personnes se sont rassemblées à Brugg (Argovie) pour exiger la fin de l’ère du nucléaire et l’entrée dans le 21ème siècle grâce à la transition énergétique.

Après avoir marché à travers la campagne argovienne, les manifestants se sont retrouvés à côté des arènes de Vindonissia (Windisch), pour profiter des nombreuses animations mises en place par la cinquantaine d’organisations antinucléaires, écologistes, pacifistes, médicales et ecclésiastiques qui soutiennent l’évènement. Les discours, les concerts, les buvettes et les bons petits plats végans préparés pour l’évènement ont suffit pour rasséréner des manifestants, trempés et refroidis par la pluie et le vent.

Le lieu de la manifestation se trouve à 11km de la centrale nucléaire de Beznau, dont le réacteur numéro 1 est le plus vieux du monde. Il a été mis en service il y a plus de 47 ans! Cette installation d’un autre âge est à l’arrêt depuis plus d’un an, après la découverte d’un millier de points faibles dans l’acier de la cuve de pression.

Greenpeace, avec le soutien d’une quarantaine d’organisations, appelle l’exploitant de Beznau, l’entreprise Axpo, à faire enfin preuve de transparence dans ce dossier. Vous pouvez nous aider en adressant une invitation à Andrew Valo, PDG d’Axpo, afin qu’il rende publique les documents concernant l’état des réacteurs et qu’il vienne répondre aux questions du public et d’experts indépendants lors d’une audition publique.

Les manifestants romands, se sont vus remettre un tract concernant la campagne de l’initiative « Pour la sortie programmée du nucléaire » sur laquelle la population sera appelée à se prononcer fin novembre. Si le OUI devait l’emporter, la dernière centrale nucléaire de notre pays serait définitivement arrêtée en 2029 et Beznau 1 prendrait enfin une retraite bien méritée.

Mathias Schlegel est porte-parole Climat & Energie de Greenpeace Suisse


Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp