La possibilité que des pièces défectueuses soient en service dans les centrales nucléaires de Beznau et Leibstadt est bel et bien réelle. Pourtant l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) a une confiance aveugle dans les informations fournies par le fabricant, le géant français Areva, pour qui tout est en ordre. Une confiance que ne partage pas l’autorité de sureté française. Sur la base d’une toute nouvelle expertise, Greenpeace Suisse dénonce cette attitude imprudente et demande que des vérifications soient également effectuées en Suisse.

Dans les générateurs de vapeur des centrales de Leibstadt et de Beznau on retrouve des pièces forgées produites dans la forge du Creusot, propriété d’Areva, actuellement plongée dans un énorme scandale de falsification de documents. Après une phase d’incertitude, l’IFSN annonçait mi-août 2016 que les centrales nucléaires suisses ne sont pas concernées par la polémique. Les pièces forgées issues du Creusot « font l’objet d’une documentation complète et ne sont pas concernées par les anomalies. »

Menace potentielle
Une expertise produite par John Large, un expert indépendant des questions liées au nucléaire, sur mandat de Greenpeace Suisse, met en doute l’attitude de l’IFSN. Large met en exergue le fait que des falsifications ont été découvertes dans les documents des dossiers de fabrication des pièces issues de la forge du Creusot. Ce qui signifie que l’IFSN ne peut pas se permettre de se baser uniquement sur la documentation. Il est possible que les dossiers des pièces de Leibstadt et Beznau soient eux aussi touché par le scandale des falsifications. « L’IFSN ferme les yeux face ce qui pourrait constituer une menace », prévient Stefan Füglister, expert du nucléaire pour Greenpeace Suisse. Les générateurs de vapeur sont importants pour la sécurité des réacteurs.

Les français inspectent, les suisses restent passifs
Le fait que l’autorité de surveillance française impose des contrôles des pièces suspecte rend encore plus étonnante la confiance aveugle affichée en Suisse. « L’IFSN ne prend pas ses responsabilités », dénonce Stefan Füglister. Greenpeace exige que l’IFSN effectue des tests dans les deux réacteurs de la centrale de Beznau, ainsi que dans celui de la centrale de Leibstadt. Le timing est idéal: Beznau 1 et Leibstadt sont d’ores et déjà à l’arrêt.
L’expertise de John Large (en anglais)

Partagez
Tweetez
Partagez
+1
E-mail
WhatsApp