Protégeons les forêts

Outre les océans, les forêts sont les habitats les plus riches en espèces, les plus productifs et les plus précieux de la planète. Ils produisent de l’oxygène, lient le carbone et régulent le climat.

Dans les communautés forestières intactes, on trouve des arbres de toutes les générations, ici personne ne s’éclaircit, ici personne n’intervient – et c’est ainsi que ça doit être : les arbres qui meurent et le bois mort sur le sol donnent la vie. Ils fournissent nourriture et abri aux champignons, insectes et oiseaux. De plus, plus ses réserves de bois sont importantes, plus une forêt peut stocker de carbone et plus elle protège le climat.

Notre vision des forêts intactes

Protéger les forêts ensemble : Des plans d’occupation des sols écologiques, durables et socialement justes sont élaborés avec la participation de la population locale. L’information sur les utilisations prévues de la forêt doit être accessible au public et compréhensible pour tous.

Notre action internationale pour la protection des forêts est rendue possible grâce à votre don.


Forêts dans le monde entier

Wald ist nicht gleich Urwald und kein Urwald gleicht sich: Je nach Klima und Lage entwickelten sich verschiedene Typen wie zum Beispiel der tropische Regenwald oder der boreale Urwald. Insgesamt gibt es nur noch sieben grosse zusammenhängende Urwaldgebiete: die borealen Urwälder und temperierten Küstenregenwälder in Nordamerika, die tropischen Amazonas-Regenwälder in Südamerika, die temperierten Bergwälder Chiles, die borealen Wälder in Nordeuropa, die Schneewälder Sibiriens und die tropischen Regenwälder Zentralafrikas und Südostasiens.


Climat et forêt

En tant que réservoirs de carbone, les forêts vierges sont importantes pour la protection du climat mondial. Chaque hectare de forêt qui se rétrécit accroît le réchauffement climatique. Une grande partie de l’Afrique est déjà touchée. Les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations causées par des pluies torrentielles et des tempêtes dévastatrices sont à la hausse.

L’exploitation forestière entraîne également des conflits sociaux avec les résidents locaux, qui n’en tirent que peu d’avantages à court terme, tandis que les entreprises forestières tirent des profits élevés pour chaque arbre abattu sur les marchés internationaux.

La forêt – et donc aussi les hommes et les animaux qui en dépendent – est menacée, car l’insatiable soif mondiale de ressources naturelles fait que les pays africains, par exemple, sont plus que jamais une cible pour les investisseurs.

Solution : Zones forestières protégées

La déforestation des forêts doit cesser. Cela nécessite des aires protégées internationales afin de stabiliser le climat et de préserver la biodiversité dans les forêts. Prenons l’exemple de la forêt tropicale humide : plus de forêt tropicale signifie plus de pluie, car environ les trois quarts sont produits par la forêt elle-même dans un cycle continu. Les plantes emmagasinent et évaporent l’eau, des nuages se forment et il pleut. C’est ainsi que la ceinture de forêt tropicale refroidit et humidifie toute l’Afrique centrale, par exemple.


Le saviez-vous ?

Au cours des millénaires, l’humanité a détruit la majorité de toutes les forêts vierges. Les arbres ont cédé la place aux colonies et aux routes, le bois a fini dans des fours ou a été utilisé pour construire des maisons, des charrettes, des bateaux et divers ustensiles. Aujourd’hui, les bois tropicaux primitifs tels que le teck et le meranti sont souvent utilisés pour les fenêtres et le mobilier de jardin en raison de leur dureté et de leur robustesse, tandis que les bois primitifs nordiques sont souvent utilisés comme matériaux d’emballage, papier hygiénique, papier journal ou papier copie.

  • Toutes les 2 secondes, une zone forestière de la taille d’un terrain de football disparaît.
  • 90 pour cent des bois tropicaux récoltés sont abattus illégalement
  • 100 millions d’espèces animales et végétales vivent dans les forêts vierges

Bassin amazonien

Élevage des bovins
L’élevage bovin en Amazonie est aujourd’hui la plus grande menace pour les forêts vierges. Afin d’acquérir de nouvelles terres pour l’élevage extensif de pâturages, des milliers d’hectares de forêt sont brûlés chaque année. Le gouvernement estime que 62 pour cent de la perte de forêts se fait aux dépens des éleveurs de bétail, dont la plupart pénètrent illégalement dans les forêts.

Culture du soja
Depuis de nombreuses années, la diversité unique de la forêt amazonienne a été remplacée par d’énormes monocultures monotones de soja. Depuis 2005, le Brésil a remplacé les États-Unis comme premier pays exportateur de soja.

Bois précieux
L’exploitation des bois précieux est le moteur de l’ouverture de régions toujours nouvelles de la jungle amazonienne. Les pressions internationales et locales ont amené les sociétés forestières en exploitation à repenser partiellement leur approche : elles ne veulent prendre que le maximum de ce qu’elles peuvent repousser. Malheureusement, cela n’affecte pas tout le monde, et de loin.

Culture du minerai
Les sols amazoniens sont riches en ressources minérales, notamment en minerai de fer. C’est là que se trouve la plus grande mine de minerai du monde. Le minerai de fer est transformé à l’aide de charbon de bois en fer pour automobiles, acier de construction et machines. Le problème, c’est que les brûleurs de charbon de bois se procurent la plupart de leurs approvisionnements en bois illégalement dans la jungle.

Barrages
Environ 80 pour cent de toute l’électricité est produite par des centrales hydroélectriques. Certains projets gigantesques sont destinés à alimenter en électricité les régions jusqu’alors sous-développées et à contribuer au « développement » des régions. Les peuples indigènes et la nature sont souvent massivement touchés par ces projets – il y a de la résistance.

Solution

Il faut y repenser : Nous ne devrions prélever dans la forêt que ce qui peut repousser. Ainsi l’homme, l’animal et la nature peuvent vivre en harmonie.


Asie

La production industrielle, notamment d’huile de palme, de papier et de pâte à papier, menace de détruire la précieuse biodiversité des forêts d’Asie. Cela touche des millions d’Indonésiens en particulier, parce qu’ils sont dépendants des forêts. Si les forêts et les tourbières sont détruites, non seulement elles manquent de nourriture, de protection et de moyens de subsistance, mais elles mettent également en danger le stockage naturel de 35 milliards de tonnes de carbone. Lorsque ces tourbières sont drainées, brûlées et remplacées par des plantations, le dioxyde de carbone est libéré et le changement climatique se fait sentir dans le monde entier.

Les forêts tropicales fournissent des habitats aux deux tiers de toutes les espèces animales et végétales terrestres. Les forêts pluviales des tourbières indonésiennes sont parmi les plus riches en espèces de la planète et abritent des tigres de Sumatra, des orangs-outans et de nombreuses autres espèces animales partiellement endémiques.

Solution : Aires protégées

Les tourbières sont l’un des plus importants réservoirs de CO2 au monde. Nous devrions faire tout notre possible pour les préserver. Ensemble pour un avenir meilleur.


Forêts boréales

L’écosystème forestier, qui porte le nom latin poétique de silva borealis, couvre environ 16 millions de kilomètres carrés ; environ 750 milliards d’arbres y poussent. La forêt sauvage s’étend de l’Alaska et du Canada à la Russie et à la mer de Béring en passant par les pays scandinaves. Elle abrite également de nombreux peuples autochtones.

Après les forêts tropicales, la ceinture forestière boréale est le deuxième plus grand écosystème forestier du monde – et d’une immense importance pour les humains et la planète entière. Outre les forêts tropicales, la silva borealis est le plus grand réservoir de carbone au monde. Contrairement à ce qui se passe dans les forêts tropicales ou dans nos propres forêts, c’est surtout le sol des forêts du Nord qui stocke le carbone : 95 pour cent y est lié.

Dégivrage du sol et coupe à blanc

Près des deux tiers de la forêt boréale est utilisée comme forêt dans le monde. Le problème est la lenteur avec laquelle une nouvelle génération d’arbres peut repousser. En raison de leur situation au nord et des longs hivers, les arbres poussent très lentement. La surexploitation non durable de ces forêts, due à la foresterie industrielle, mais aussi à la production pétrolière, à l’exploitation minière et à d’autres infrastructures, doit cesser. En effet, le déboisement du papier, du carton d’emballage et du bois détruit non seulement les arbres, mais aussi les sols forestiers. Celles-ci libèrent le carbone stocké – le changement climatique est en outre alimenté.

Feux de forêt

Le réchauffement climatique favorise déjà l’augmentation de la fréquence des incendies de forêt – les périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes en sont la cause. Près de 60 pour cent de la perte de forêts dans les forêts nordiques peut être attribuée aux incendies. Dans de nombreux endroits, elles sont même délibérément établies afin d’obtenir le bois comme matière première à moindre coût ou pour contourner les réglementations d’utilisation des terres. De plus, le réchauffement entraîne le dégel de nombreux anciens sols du pergélisol.

Solution: zones protégées

Pour contrer ce phénomène, il est important de ne plus détruire les forêts nordiques – afin que les sols sur lesquels elles reposent ne passent pas du statut de réservoirs de carbone à celui de sources de carbone.


Bassin du Congo

L’industrie internationale du bois détruit de grandes quantités de forêts tropicales dans le bassin du Congo. Greenpeace est particulièrement impliquée là où la situation est la plus fatale : en République démocratique du Congo (RDC). La réforme forestière visant à promouvoir une sylviculture durable et à lutter contre la pauvreté a jusqu’à présent échoué. Le chaos, la corruption et le manque de transparence règnent dans le secteur forestier. Pour un profit rapide, les forêts sont littéralement pillées. L’exploitation forestière entraîne des conflits sociaux avec les habitants locaux, qui ne profitent que peu et pas longtemps, tandis que les entreprises forestières tirent des profits élevés pour chaque arbre abattu sur les marchés internationaux.

L’industrie de l’huile de palme menace également les forêts tropicales du Congo. Après l’Asie du Sud-Est, le Bassin du Congo se développe pour devenir un territoire recherché par diverses entreprises d’huile de palme. Les concessions pour de nouvelles grandes plantations concernent des zones intactes de forêt tropicale humide en RD du Congo, mais aussi au Cameroun, au Gabon et dans d’autres pays d’Afrique centrale.

La forêt tropicale humide de la République démocratique du Congo abrite le quatrième plus grand réservoir de carbone au monde. En tant que réservoirs de carbone, les forêts tropicales du Congo sont importantes pour la protection du climat mondial. La ceinture de forêt tropicale refroidit et humidifie toute l’Afrique centrale. Chaque hectare de forêt qui rétrécit continue de réchauffer le climat.


Ce que vous pouvez faire

Parrainage des forêts anciennes

Impliquez-vous
#Agir

Rejoindre le groupe régional

Impliquez-vous

Don pour la protection de l’environnement

Impliquez-vous

Articles récents

Publications

Partagez
WhatsApp
E-mail
Tweetez
Partagez