Informations générales

72 bureaux nationaux et régionaux dans plus de 55 pays travaillent ensemble pour protéger notre environnement. Au total, Greenpeace compte environ 2500 employés et des milliers de bénévoles sans qui le succès de l’organisation n’aurait pas été possible. L’organisation est financée par les dons de plus de 3 millions de donateurs et de fonds de dotation.

Certains pays, dont la Suisse, sont des donateurs très importants pour l’organisation mondiale. Les dons sont répartis entre les différents bureaux de manière à ce qu’ils soient utilisés de manière optimale pour nos objectifs de campagne. Les nouveaux bureaux, tels que Greenpeace Afrique, reçoivent le soutien dont ils ont besoin.

Fondation de Greenpeace

“Un voyage pour la vie – et pour la paix.” C’est ainsi qu’Irving Stowe, cofondateur de Greenpeace, a décrit le plan visant à mettre fin aux essais nucléaires sur les îles Aléoutiennes avec un petit navire. Il ne savait pas alors que le voyage prendrait des décennies et changerait le monde : Le voyage est devenu un mouvement.

Ce sont les quakers, les pacifistes, les environnementalistes, les journalistes et les hippies qui ont fondé Greenpeace. Avec leurs rêves, ils ont infecté des milliers d’autres personnes. Le début : Un concert au Pacific Coliseum à Vancouver, où Joni Mitchell et James Taylor, entre autres, se sont produits. Les artistes ont renoncé à leurs honoraires, des milliers de personnes ont donné pour le voyage à Amchitka/Aleuten. Le navire, le Phyllis Cormack, pouvait appareiller et Greenpeace était né.

Une conversation sur l’histoire

Plongez dans une conversation entre Kumi Naidoo et Rex Wheeler sur l’histoire de Greenpeace.



Les fondateurs

Dorothy et Irving Stowe

L’avocat et juriste Irving Stowe du Rhode Island s’installe à Vancouver avec son épouse Dorothy Stowe. Tous deux sont actifs dans le mouvement pour la paix et sont membres de la communauté quaker. En tant que travailleuse sociale, Dorothy subvient aux besoins de la famille avec deux enfants. Cela donne à Irving l’occasion de mettre toute son énergie dans des activités politiques. Il organise le premier concert de solidarité de Greenpeace avec Joni Mitchell et James Taylor, jetant ainsi les bases de la future collecte de fonds de Greenpeace. Irving a pris sa retraite de Greenpeace en 1973 et est décédé d’un cancer en 1974. Dorothy demeure active dans le mouvement pour la paix et l’environnement jusqu’à sa mort en 2010.

Paul Cote

Pendant ses études de droit, Paul Cote s’est engagé dans le mouvement pour la paix. Sa crainte qu’une explosion de bombe nucléaire dans la roche de la fosse Saint-André puisse provoquer un séisme et un raz-de-marée l’a poussé à fonder avec Irving Stowe et Jim Bohlen le comité “Don’t Make a Wave”. Ce marin enthousiaste n’a pas participé à l’action contre les essais nucléaires américains sur les îles Aléoutiennes car il s’était qualifié pour les Jeux Olympiques de 1972. En 1973, il a pris sa retraite de Greenpeace et a vécu comme agent immobilier à Los Angeles. Il meurt en 2013.

Marie et Jim Bohlen

L’ancien plongeur en haute mer et opérateur radio de l’US Navy, Jim Bohlen, a été employé comme ingénieur par le gouvernement américain au début des années 1970. Il vit à Vancouver avec son épouse Marie Bohlen et ses trois enfants. Jim est à bord du Phyllis Cormack pour la première action de Greenpeace contre les essais nucléaires américains. Après son départ temporaire de Greenpeace en 1974, lui et son épouse Marie ont fondé la Ferme expérimentale de Greenpeace sur l’île Denman au Canada. Ils cherchent un moyen d’accéder à un mode de vie plus indépendant de l’énergie. En 1979, Jim retourne à Greenpeace comme militant du désarmement. De 1983 à 1993, il a accompagné les activités de l’organisation à titre de membre du conseil d’administration de Greenpeace Canada. En 2010, il meurt à l’âge de 84 ans.

Bob Hunter

En tant que journaliste au Vancouver Sun, Bob Hunter est également à bord du Phyllis Cormack. Il rend compte directement des actions sur place. Plus tard, il dirige les campagnes de Greenpeace contre la chasse commerciale à la baleine et l’expédition de sauvetage des phoques de Terre-Neuve. Entre 1975 et 1977, il a été président du conseil d’administration de Greenpeace. Dans ses dernières années, il a vécu à Toronto et a travaillé comme écrivain et journaliste pigiste à la télévision. Au fil des ans, il a publié plusieurs livres, dont “Warriors of the Rainbow” et “To Save a Whale” sur l’histoire de Greenpeace. Bob Hunter décède le 2 mai 2005.

Dorothy et Ben Metcalfe

Le journaliste de la Canadian Broadcasting Company (CBC) Ben Metcalfe et son épouse Dorothy Metcalfe organisent le travail des médias pendant l’action devant les îles Aléoutiennes. Dorothy est la première porte-parole de Greenpeace. Au cours de leur travail, ils établissent des composantes importantes de la stratégie de Greenpeace : intervention, publicité et scandales. De cette manière, des pressions seront exercées sur les responsables et des changements seront introduits. Pendant plusieurs années, Ben a travaillé comme journaliste et cinéaste indépendant sur l’île de Vancouver. En 2003, à l’âge de 83 ans, il meurt d’une crise cardiaque. Dorothy a quitté Greenpeace en 1973 et a travaillé jusqu’à sa mort comme porte-parole et directrice du documentaire pour la Vancouver Art Gallery.

WhatsApp
Share
Email
Tweet
Share