Les grands succès

1974: La France met fin aux essais nucléaires.

Les tests nucléaires français dans le Pacifique Sud avaient commencé dans les années 1960. Sans aucune considération des effets sur les êtres humains et l’environnement. En 1972, la France décide même d’intensifier ses essais. C’est à ce moment-là que David McTaggart entend parler de Greenpeace pour la première fois. Spontanément, il rebaptise le Vega, son bateau qui s’appellera désormais le Greenpeace III. Il prend la mer pour protester. Durant deux années, il affrontera l’Etat français. En 1974, la France annonce la fin des essais nucléaires.

1982: Moratoire sur la chasse baleinière.

Les grands cétacés sont menacés d’extinction du fait de la chasse à la baleine. En 1970, il reste moins de 6000 baleines bleues. Les autres espèces de baleines ne sont pas mieux loties. Dès 1973 Greenpeace se confronte aux chasseurs de baleines pour documenter leurs agissements. Le grand public découvre alors les images de la chasse baleinière. En 1982, après de fortes protestations, la Commission baleinière internationale (CBI) déclare la fin de la chasse commerciale à la baleine – un énorme succès. Mais la lutte continue jusqu’à l’heure actuelle, contre les chasseurs baleiniers japonais qui contournent l’interdiction.

1991: Protocole de protection de l’Antarctique.

La menace qui pèse aujourd’hui sur l’Arctique, à savoir la destruction à des fins d’extraction de matières premières, était aussi le sort prévu pour l’Antarctique en 1982. Les Etats commencent à se partager le gâteau. Une campagne sur plusieurs années et des expéditions menées par Greenpeace finiront par retourner la situation. En 1991 est signé le protocole de protection de l’environnement dans le cadre du Traité sur l’Antarctique, qui interdit l’extraction commerciale de matières premières pour une durée d’au moins 50 ans. Le Japon, dernier Etat concerné, ratifie le protocole en 1997.


Plus de succès

  • En 1993, la Convention de Londres sur l’immersion des déchets interdit la pratique de l’immersion des déchets radioactifs et des autres déchets industriels dans les océans. Une interdiction qui intervient après une campagne de 15 ans menée par Greenpeace.
  • En 1995, la compagnie Shell renonce à faire couler Brent Spar, sa plateforme pétrolière en fin d’exploitation, dans l’Atlantique.
  • En 1997, Greenpeace révolutionne le marché des réfrigérateurs en inventant le Greenfreeze, un frigo qui se passe des gaz HCFC et HFC nuisibles au climat. Ce modèle est aujourd’hui produit et vendu à raison de 35 millions d’exemplaires par année à travers le monde.
  • En 2004, Greenpeace lance sa campagne contre les substances chimiques dangereuses dans les appareils électroniques. Tout n’est pas résolu aujourd’hui, mais notre Guide de l’électronique verte a fait évoluer les choses. Le travail continue.
  • En 2006, le tiers de la forêt pluviale du Grand Ours, qui est l’habitat du grizzly, est déclarée zone protégée, après neuf ans de campagne. Les deux tiers restants sont ouverts à une utilisation durable. La forêt pluviale du Grand Ours est l’une des toutes dernières forêts humides en zone tempérée.
  • En 2010, la multinationale Nestlé réagit à la brève campagne mondiale de Greenpeace. Nestlé annonce renoncer sans délai à l’huile de palme de producteurs détruisant la forêt vierge indonésienne.
  • En 2015, Greenpeace lance la campagne Detox Outdoor Campaign pour éliminer les produits chimiques PFC dangereux des vêtements d’extérieur. Après deux ans de campagne, Gore Fabrics, producteur de GORE-TEX®, annonce qu’il n’utilisera plus de PFC dangereux à l’avenir. C’est l’un des principaux fournisseurs de membranes et de revêtements pour les marques outdoor telles que Mammut, The North Face et autres.
  • En 2016, le moment est enfin venu : après que Greenpeace, dans le cadre de l’Antarctic Ocean Alliance, ait demandé la protection de l’Antarctique pendant des années, la plus grande zone marine protégée du monde sera décidée en Australie en octobre. A l’avenir, 1,55 million de kilomètres carrés seront protégés dans cette zone écologiquement importante, qui correspond à la superficie combinée de l’Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne.
  • 2017 gibt es auch für die Arktis erfreuliche Nachrichten: Nach einer langen und intensiven Greenpeace-Kampagne ist der Fischfang in einem Gebiet rund um den Nordpol, das 65-mal so gross ist wie die Schweiz, verboten. Sechzehn Jahre lang darf auf der festgelegten Fläche nicht gefischt werden, danach soll die Vereinbarung alle fünf Jahre erneuert werden.
  • 2018 verbieten die Schweiz und die EU drei für Bienen besonders giftige Pestizide aus der Gruppe der Neonicotinoide. Dieser Entscheid ist einer über sechs Jahre intensiv geführten Kampagne zu verdanken, die von einer Handvoll Greenpeace-Freiwilligen in der Schweiz in die Wege geleitet worden war.

Greenpeace de nos jours

Le petit groupe de pacifistes est devenu une organisation internationale moderne, avec des bureaux dans plus de 55 pays du monde. Mais nos principes fondamentaux sont restés les mêmes: non-violence et indépendance absolue par rapport à l’économie et à la politique. Et notre signe distinctif reste l’action directe, souvent spectaculaire.

Certains problèmes environnementaux ne se posent plus de la même manière que ces dernières décennies. Exemple, la campagne Greenpeace contre les substances chimiques dangereuses utilisées par l’industrie textile. Les cours d’eau ne charrient pratiquement plus d’eaux usées toxiques en Europe – contrairement à la situation en Chine. L’industrie textile s’est délocalisée en Asie.

D’autres problèmes majeurs pour l’environnement sont étroitement liés: la production énergétique, l’agriculture et le trafic ne sont pas des questions isolées. Ce sont des facteurs importants pour le problème le plus grave – le réchauffement du climat global. Le caractère international de Greenpeace nous permet d’agir à l’échelle globale en faveur du climat.


WhatsApp
Share
Email
Tweet
Share