Ensemble pour Zéro Déchet

Nous sommes noyés sous les déchets

Avec plus de 700 kg par personne, la Suisse produit beaucoup trop de déchets. À travers le monde, seuls le Danemark, la Norvège, les USA et la Nouvelle-Zélande font encore moins bien. Les emballages à usage unique représentent environ un tiers de nos déchets. C’est donc une composante majeure de notre société de consommation et de la culture du jetable.

Notre vision

Notre vision «zéro déchet» implique un changement d’attitude et une consommation plus consciente de la part de nous tous (Repenser). Nous évitons tout ce qui est inutile (Réduire). Pour les emballages restants, nous misons sur les contenants réutilisables (Réutiliser) .


Grande distribution: Migros, Coop, Volg, Aldi Suisse, Lidl Suisse, etc.

Le rôle du commerce de détail

Les détaillants font l’intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs. Ils ont une grande influence sur l’emballage de nos aliments et de nos produits achetés.

Ils jouent donc un rôle important pour éviter le gaspillage. Mais les détaillants sont-ils à la hauteur de leur responsabilité?

Enquête représentative 2019: la population suisse est prête….

La population suisse est clairement ouverte aux systèmes réutilisables pour les biens de consommation. Dans notre sondage représentatif, 95% des répondants se disent prêts à acheter des produits dans des contenants réutilisables.

La disposition à choisir des contenants réutilisables varie selon le produit. 92% des personnes achèteraient des légumes et des fruits dans des emballages réutilisables. Elles seraient encore 75% pour les noix, le muesli et les fruits secs. Pour les boissons en bouteilles réutilisables, le taux est comparable.

Fertig-Salat in Einwegverpackung im Coop
Exemple d’emballage plastique jetable à la Coop.
95%

des répondants achèteraient des produits dans des emballages réutilisables.

… mais la grande distribution ne suit pas

Parallèlement à l’enquête auprès des consommateurs, Greenpeace Suisse a questionné cinq acteurs du secteur du commerce de détail pour connaître leur politique en la matière: Migros, Coop, Volg, Aldi Suisse et Lidl Suisse. Mais leur offre est limitée. L’ouverture d’esprit d’un grand nombre de consommateurs se heurte à une offre modeste en contenants réutilisables.

Seuls les sachets réutilisables pour fruits et légumes sont largement disponibles. Pour les autres produits, l’offre est minime, voire inexistante.

Ce que demande Greenpeace

  • Elargissement de la gamme de produits pour lesquels il existe déjà des systèmes réutilisables éprouvés: boissons, produits laitiers, vente en vrac de légumes et de fruits, etc.
  • Investissement dans le développement et l’introduction de systèmes réutilisables et rechargeables qui soient abordables, standardisés, durables et exempts de substances chimiques dangereuses.
  • Incitations inversées: la norme ne devrait plus être l’emballage jetable, et l’emballage réutilisable en option (avec rabais). Au contraire, l’emballage jetable devrait être une alternative payante, à côté de la vente en vrac et des systèmes réutilisables.
Acheter sans emballages jetables, c’est possible. La population est prête, mais l’offre de Migros, Coop, Volg, Aldi Suisse et Lidl Suisse ne suit pas.

Que font les grandes entreprises ?

Le rôle des multinationales

Les multinationales inondent le monde, et surtout les océans, d’emballages plastiques jetables. C’est à elles de réduire les emballages, et de développer des systèmes de distribution réutilisables. Ensemble, nous pouvons amener les entreprises à changer leurs pratiques, avant qu’il ne soit trop tard.

Le mouvement global contre le plastique

Le mouvement mondial qui demande des comptes aux entreprises prend de l’ampleur. Plus de trois millions de personnes soutiennent déjà notre exigence d’arrêter la production de plastiques jetables. En septembre 2019, avec plus de 1400 organisations du mouvement «Break Free From Plastic», nous avons réalisé 700 nettoyages de plages dans 84 pays, et identifié les pires pollueurs plastiques. La société suisse Nestlé compte parmi les plus grands pollueurs du monde.

Le groupe Nestlé Suisse

En considérant uniquement l’année écoulée, on constate que Nestlé a produit 1,7 million de tonnes de plastique, et la tendance est à la hausse. Il est vrai que Nestlé reconnaît et admet maintenant que le monde connaît une crise du plastique, et que le recyclage ne résoudra pas le problème. Jusqu’à présent, Nestlé mise toutefois sur des solutions illusoires, au lieu de prendre des mesures concrètes et efficaces.


Publications

Réutiliser – seule issue à la crise du jetable

November 2019

Télécharger le rapport

WhatsApp
Share
Email
Tweet
Share