Genève, le 28 juillet 2020 – De nombreux experts de la santé du monde entier confirment aujourd’hui que les masques en tissu offrent une protection suffisante pour le grand public en période de pandémie de Covid-19. Greenpeace Suisse demande donc à la Confédération de les recommander comme nouvelle norme. Cette demande s’appuie notamment sur l’expertise de professionnels suisses du secteur de la santé.

L’utilisation accrue de masques et de gants jetables conduit les experts de la santé du monde entier à adopter la position suivante : les masques en tissu réutilisables correctement fabriqués protègent la population contre le coronavirus. Ils donnent également des conseils sur les mesures d’hygiène, comme le lavage des mains et le maintien de la distance. “Pour contenir la pandémie, il est extrêmement important que le public respecte constamment les règles d’hygiène. En ce qui concerne les masques : en dehors de l’hôpital, les masques jetables certifiés ne sont pas absolument nécessaires car l’exposition est beaucoup plus faible. Je porte moi-même un masque réutilisable dans les transports publics“, déclare le Dr. med. Gerhard Eich, infectiologue et membre du comité de la Société suisse d’hygiène hospitalière. “Les gants jetables sont inutiles hors de l’hôpital. Je vous recommande plutôt de vous laver les mains avant de toucher des aliments ou de préparer les repas“.

Sa recommandation figure dans la déclaration publiée ce jour par de nombreux experts de la santé du monde entier pour protéger à la fois le public et la planète. Les masques réutilisables contribuent également à prévenir une nouvelle pénurie de masques. Greenpeace Suisse demande donc à l’Office fédéral de la santé publique d’en tenir compte et de recommander au grand public de porter des “masques industriels en tissu” au lieu des “masques chirurgicaux”.

Pendant la pandémie, environ 129 milliards de masques et 65 milliards de gants sont utilisés chaque mois, selon l’étude publiée dans la revue Environmental and Science Technology. L’ONU envisage d’utiliser des incinérateurs locaux supplémentaires pour gérer l’augmentation de déchets de matériel de protection jetable. Et ce malgré le fait que, selon les experts, les masques réutilisables offrent une protection suffisante. « Je recommande les masques réutilisables pour le grand public : s’ils sont fabriqués selon la norme en vigueur et portés correctement, alors ils ont un effet suffisant pour se protéger en période de pandémie” indique la Professeure Valérie D’Acremont, responsable de santé globale au Centre universitaire de médecine générale et de santé publique à Lausanne. « L’objectif est double : éviter une nouvelle pénurie de masques et diminuer l’impact sur l’environnement », explique Valérie D’Acremont. Un environnement sain est une condition requise pour protéger la santé humaine.

Informations complémentaires
Les citations d’experts de la santé sur le matériel de protection personnel
Photos de masques jetés au sol sur la plage et en ville

Contacts
Prof. Valérie D’Acremont, santé tropicale et globale, Centre universitaire de médecine générale et de santé publique, Université de Lausanne, Valerie.dacremont@unisante.ch


Philipp Rohrer, expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse
+41 44 447 41 82, philipp.rohrer@greenpeace.org


Fanny Eternod, porte-parole zéro déchet pour Greenpeace Suisse
+41 78 662 07 31, fanny.eternod@greenpeace.org