Contre l’ennui et pour l’environnement : Philipp Rohrer, expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse, propose des conseils simples pour chez soi. La crise sanitaire a des conséquences dramatiques pour de nombreuses personnes et une seule chose est certaine pour le moment : les Suisses passeront plus de temps à la maison dans les semaines à venir. La révolution du réutilisable se poursuit à notre domicile.

Bars fermés, calendriers vides : le coronavirus a bouleversé nos vies. Toutes les personnes menacées par les effets de cette crise sanitaire ont besoin de notre soutien et de notre solidarité. En parallèle, devoir rester chez soi offre la possibilité de faire les choses d’une manière nouvelle. Il existe de nombreuses activités qui sont à la fois agréables à réaliser et bénéfiques pour l’environnement.

Cuisiner
Restaurants et cafétérias fermées: cela peut être l’occasion pour ceux qui n’aiment pas cuisiner de se mettre au fourneau, de préférence avec des produits frais : « les plats déjà cuisinés sont généralement emballés avec beaucoup de plastique et de carton, ils représentent donc une charge importante pour l’environnement« , explique Philipp Rohrer, expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse. Les repas faits maison ne sont-ils pas plus savoureux? Greenpeace Suisse propose quelques recettes également bonnes pour le climat.

Réparer
Cette chemise avec le bouton manquant ou ces chaussettes trouées? L’étagère avec les vis desserrées ? C’est le moment de consacrer du temps à toutes les choses abimées que l’on souhaitait réparer depuis longtemps, avec toujours en tête la réutilisation. « Réparer réduit les déchets, préserve l’environnement et votre portefeuille !

Réfléchir avant d’acheter en ligne
Commander confortablement de nouvelles chaussures ou un gadget technologique depuis le canapé est certainement une activité tentante contre l’ennui. De grandes quantités d’emballages sont cependant utilisées pour les livraisons en ligne. Greenpeace Allemagne a également découvert que certains détaillants en ligne détruisent les marchandises renvoyées car cela coûte moins cher que de vérifier leur état. La culture du jetable par excellence ! Il est particulièrement important de prendre le temps de la réflexion lorsque l’on fait ses achats en ligne. « Après la crise, de nombreux magasins auront besoin des clients qui leur manquent actuellement« , précise Philipp Rohrer.

Faire de l’ordre et recycler
Les minimalistes le savent depuis longtemps : se débarrasser du superflu fait du bien. Il ne s’agit pas seulement de nettoyer et de donner ce qui est entassé dans les caves et les placards: l’upcycling, c’est-à-dire la transformation en de nouveaux produits, est particulièrement efficace pour économiser les matières premières et les émission de C02. De nombreuses vidéos expliquent en ligne comment redonner une seconde vie aux objets. « C’est incroyable comme il suffit de peu pour transformer un t-shirt en sac de courses ou une luge en dressing” indique Philipp Rohrer.

Plus d’informations
Philipp Rohrer, expert zéro déchet Greenpeace Suisse, +41 76 516 94 30, philipp.rohrer@greenpeace.org
Fanny Eternod, porte-parole zéro déchet Greenpeace Suisse, +41 78 662 07 31
fanny.eternod@greenpeace.org