Protégeons les océans

Sous l’eau, à des centaines de kilomètres du continent, il existe un monde que nous connaissons à peine. Là, d’énormes créatures errent à travers les océans, et la vie prospère dans des profondeurs sans lumière. Cette diversité des océans doit être protégée à tout prix – et cela ne signifie rien de moins que la survie de l’humanité. Les océans refroidissent la planète et ils sont déséquilibrés. La surpêche, l’acidification et un tourbillon de déchets sous la surface de l’eau ne sont que quelques-unes des conséquences de la surconsommation mondiale. La haute mer couvre près de la moitié de notre planète et est plus grande que tous les continents réunis. Loin des eaux territoriales nationales, elle est aussi très éloignée de la vie quotidienne des gens – et pourtant marquée par leurs traces : la surpêche industrielle, l’extraction de matières premières, les déchets plastiques et le changement climatique ont un impact sévère sur les océans. Résultat : une perte massive de biodiversité et d’habitats naturels. C’est pourquoi Greenpeace, de concert avec les scientifiques marins, demande qu’au moins 30 % des océans soient protégés d’ici 2030. Jusqu’à présent, il n’est que d’environ un pour cent. Mais c’est faisable. Greenpeace l’a calculé. Devenez un défenseur de la conservation marine et signez notre pétition aux Nations Unies pour qu’elles puissent assumer leurs responsabilités.


De Pôle à Pôle

On a désespérément besoin de réserves marines. Ils ont de nombreuses fonctions indispensables à la vie sur notre planète : Il s’agit de retraites importantes pour la flore et la faune marines, qui préservent et favorisent la biodiversité et rendent les océans plus résistants aux effets du changement climatique. En outre, des océans sains et riches en biodiversité peuvent absorber une plus grande quantité de dioxyde de carbone de l’air, ce qui ralentit le réchauffement planétaire.

Le navire Esperanza de Greenpeace naviguera sur les océans cette année pour documenter ce que nous voulons protéger. L’itinéraire va du pôle Nord au pôle Sud, en passant par la mer des Sargasses jusqu’au récif amazonien et au sud-ouest de l’océan Atlantique.

Le Tour de l’Esperanza

Pour un Accord de protection global des Océans

A ce jour, il n’existe pas de traité mondial juridiquement contraignant pour l’établissement, la gestion et l’application des zones marines protégées en haute mer. Le droit maritime actuel se concentre davantage sur l’utilisation des océans que sur leur protection. Cela est sur le point de changer : Les représentants des gouvernements négocient actuellement un traité mondial sur les océans sous les auspices des Nations Unies. Un ensemble de règles juridiquement contraignantes doit être créé pour assurer la protection et l’utilisation durable de la diversité biologique en dehors des eaux territoriales nationales. C’est une chance historique pour l’humanité. Voilà à quoi pourraient ressembler les aires protégées en haute mer :

Une raie manta nage au large de Nusa Lembongan, Bali, Indonesien.

Climat et mer

Plus de 70 % de la surface de la Terre est recouverte d’eau. Et cette eau joue un rôle extrêmement important dans le bilan thermique de la terre. Les océans absorbent l’excès de chaleur de l’atmosphère et l’emmagasinent. Mais nos océans stockent aussi du CO2, bien plus que l’atmosphère et la biosphère terrestres réunies. Jusqu’à présent, les océans ont absorbé plus de 80 % de la chaleur que nous avons ajoutée au système climatique, ainsi qu’environ un tiers du CO2 produit par l’homme et réchauffé à une profondeur de 3 000 mètres. Mais notre système de refroidissement atteindra bientôt ses limites.

Conséquences aggravantes

Le réchauffement massif de l’eau a de graves conséquences. Il déclenche des déplacements d’espèces entières : Les poissons et les mammifères marins migrent vers les pôles. Beaucoup de coraux ne peuvent pas supporter la chaleur et meurent. Et avec eux les habitants de la mer qui vivent d’eux et en eux. La chaleur supplémentaire fait également fondre les calottes glaciaires aux pôles et faire monter le niveau de la mer. Mais si le niveau de la mer n’augmente que de quelques mètres, des États insulaires et des régions côtières entières sont inondés et des millions de personnes perdent leurs maisons.

Les quantités supplémentaires de CO2 se combinent également avec l’eau pour former de l’acide carbonique, le pH de l’eau de mer diminue et elle devient acide. Cet effet a de graves conséquences pour les organismes dont la coquille est calcaire. Leur gaine protectrice est attaquée ou détruite par l’acide. Les coraux et les micro-organismes tels que les petits escargots marins et le zooplancton sont particulièrement touchés. Ces espèces se trouvent au début de la chaîne alimentaire et sont donc à la base de la vie de presque toutes les autres espèces animales marines.

En collaboration avec des scientifiques, Greenpeace attire l’attention sur les dangers de l’extraction du charbon pour la Grande Barrière de corail. © Dean Miller

Solution: réduction du Co2

Avec la Convention de Paris sur le climat, signée par plus de 170 pays en avril 2016, la communauté internationale s’est engagée à protéger le climat. Son objectif est de limiter l’augmentation globale de la température à un niveau « bien en dessous de deux degrés Celsius » ou « de faire des efforts pour ne pas dépasser une augmentation à 1,5 degré Celsius ». Les émissions de gaz à effet de serre devraient tomber à zéro dans la seconde moitié de ce siècle. En fait, cela signifie l’élimination complète des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz d’ici 2050, mais nous en sommes encore loin. C’est pourquoi, en Suisse, nous nous engageons en faveur d’une protection efficace du climat.


Pollution

Le problème s’appelle le plastique. Qu’il s’agisse de sacs en plastique, de pots de yaourt, de couvercles de bouteilles, de vieilles brosses à dents, de jouets pour enfants ou de meubles entiers. Chaque année, environ neuf millions de tonnes sont rejetées dans les océans. Aujourd’hui encore, six fois plus de plastique que de plancton flotte dans les océans. Des quantités considérables s’accumulent dans les grands tourbillons de courants des océans. Les restes recouvrent également les fonds marins et sont coincés dans les sédiments. De nombreuses pièces en plastique ne sont pas visibles à l’œil nu. En effet, de nombreux fabricants de cosmétiques ajoutent à leurs produits les particules plastiques les plus fines (microplastiques), comme le dentifrice ou la crème à peeler.

Solution ZERO WASTE

Les exigences légales doivent être respectées afin d’interdire les microplastiques dans les biens de consommation. Ceci s’applique également aux emballages en plastique de toutes sortes, par exemple dans les supermarchés. N’importe qui peut déjà éviter beaucoup de déchets plastiques en achetant consciemment. Il existe souvent des solutions de rechange simples et efficaces.

Un crabe est pris dans un gobelet en plastique. Isle Verde, Philippines © Noel Guevara

Surpêche

Les océans abritent une grande diversité d’espèces. Beaucoup d’animaux, surtout en haute mer, ne sont pas encore découverts aujourd’hui. Mais pendant de nombreuses décennies, il y a eu une véritable course à la pêche. Les flottes de pêche industrielle ont surpêché presque toutes les espèces de poissons de consommation. Selon les estimations de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 80 pour cent des stocks de poissons économiquement importants sont maintenant complètement épuisés.

Non seulement trop de poissons sont pêchés, mais il n’y a toujours pas de règles contraignantes en haute mer. Les pêcheurs pirates sont donc inscrits à l’ordre du jour. Aujourd’hui, un poisson sur cinq qui atterrit dans nos assiettes est pêché illégalement.

Prises accessoires

Les usines de pêche flottantes exploitent nos mers avec d’énormes chaluts et palangres. Ils ne font pas de distinction entre les poissons comestibles, les requins, les tortues et les baleines. Ce qui est pris dans les filets est attrapé et jeté à la mer, mourant ou mort. Et ce dans une gamme de poids de 20 millions de tonnes par an.

Solution: Zones de protection marines

  • Le réseau d’aires protégées doit couvrir au moins 30 % de l’aire marine mondiale.
  • La pêche industrielle doit y être interdite.
  • Toute exploitation des grands fonds marins en haute mer doit être interdite.
  • La pêche traditionnelle, qui tient compte des stocks de poissons, garantit un revenu aux communautés, même dans les zones les plus pauvres.

La mer – zone industrielle

La course aux réserves d’énergie fossile des océans bat son plein pour les pays producteurs. Leur objectif : les fonds marins de l’Arctique et de l’Antarctique. Les écosystèmes les plus sensibles de la Terre en sont menacés.

Environ un cinquième des combustibles fossiles sont actuellement extraits des fonds marins, certains à des profondeurs de 1500 mètres et plus.

Greenpeace dokumentiert bereits seit Jahrzehnten das Ausmass der schleichenden Ölverschmutzung durch marode Tanker und rostende Pipelines. Die Förderung von Sand, Kies und Metallen vernichtet Lebensraum. Und auch die Suche nach fossilen Energien unter Wasser birgt enorme Gefahren.

Pétrole et gaz

Les plates-formes pétrolières sont une technologie à risque. Année après année, des milliers de tonnes de pétrole brut sont rejetées dans la mer par l’eau de production lors des opérations quotidiennes de production. Il existe environ 6 000 plates-formes offshore dans le monde, dont environ 500 dans la seule mer du Nord.

Même l’Arctique, qui n’a pratiquement pas été touché, est maintenant dans le collimateur de l’industrie pétrolière et gazière. En raison du changement climatique, la glace de mer de l’Arctique est en train de disparaître et la barrière naturelle contre l’exploitation des ressources fond. Greenpeace réclame donc un accord international pour protéger l’Arctique.

Des militant-e-s sur un zodiak s’approchent de la platforme pétrolière West Hercules. Les militant-e-s en provenance de la Norvège, Danemark, Suède et Allemagne protestent contre prospection de pétrole dans l’Arctique. © Jonne Sippola

Solution: Accord des Nations Unies

L’exploitation des ressources naturelles en haute mer est réglementée par l’Autorité internationale des fonds marins de l’ONU. L’exploitation des stocks halieutiques et le transport maritime sont réglementés par d’autres organismes. Il n’y a pas de coopération et tout le monde place l’utilisation de la mer au-dessus de la protection. Greenpeace appelle à un nouvel accord global des Nations Unies pour la haute mer. Celle-ci doit coordonner les organismes existants, mettre au premier plan la protection de la biodiversité et créer des aires protégées.


Ce que tu peux faire

Parrainage océans

Impliquez-vous
#Agir

Rejoindre le groupe régional

Impliquez-vous
#Océans

Protéger les océans

Impliquez-vous

Articles récents

Publications